L’emploi, l’emploi, l’emploi…

Publié le

Les premières mesures en faveur de l’emploi dévoilées par François Hollande ont déçu.

L’emploi, l’emploi, l’emploi… © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Les premières annonces de François Hollande en faveur de l’emploi ne manquent pas de décevoir. La prime forfaitaire de 1000 à 2000 euros pour chaque nouvelle embauche dans les PME de moins de 50 salariés, jusqu’à 1,3 Smic, a un air de déjà-vu. En 2008, le gouvernement de François Fillon avait mis en place un dispositif "zéro charge" pendant un an pour les salariés au niveau du Smic, dispositif prolongé jusqu’en 2010. Il aurait permis la création d’environ 30 000 emplois. C’est bien peu au regard du nombre de chômeurs en ce début d’année 2016...

Quant au vœu pieux de relancer l’apprentissage, tous les gouvernements de ces vingt dernières années l’ont formulé, avec des fortunes diverses. Rappelons que les entreprises du BTP accueillent un apprenti sur cinq. La mauvaise santé du secteur, plombé par le recul de l’investissement public, n’incite pas à l’optimisme. La comparaison avec l’Allemagne souligne également la faiblesse de l’industrie française peu gourmande en apprentis. Le gouvernement serait plus crédible si, depuis le début du quinquennat, l’apprentissage avait été davantage favorisé par l’exécutif.

Pas de "traitement statistique" selon la ministre

Reste la mesure la plus commentée depuis les vœux du chef de l’Etat, à savoir un vaste plan de formation de 500 000 chômeurs. "Nous ne sommes pas dans le traitement statistique du chômage, mais dans un enjeu d’investissement humain pour améliorer la compétitivité", a plaidé mardi 5 janvier la ministre du Travail, Myriam El Khomri. Le gouvernement veut mettre en place un "parcours" pour les chômeurs, et non pas les former "sans rien derrière". Ces formations concerneront les "secteurs d’avenir", notamment liés à la transition énergétique.

On ne peut que souhaiter des demandeurs d’emploi mieux formés. Mais pour faire baisser durablement et très fortement le chômage, il faudra d’abord, et avant tout, compter sur les entreprises qui sont les premières créatrices d’emplois dans ce pays. Elles attendent une simplification du droit du travail, notamment des facilités pour réduire la voilure quand la conjoncture est mauvaise, et une baisse des charges. Selon l’OCDE, les cotisations employeurs en France sont le double de la moyenne européenne (11,3 points du PIB contre 5,2). Cherchez l’erreur…

Pascal Gateaud

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte