Economie

L'économie rebondit de 0,3% au troisième trimestre 2015

Pierre Monnier , ,

Publié le

Après un deuxième trimestre stable, l'Insee enregistre une croissance de 0,3% au troisième trimestre. Le PIB a augmenté de 1% sur neuf mois, en ligne avec les attentes fixées à 1,1% de croissance pour l’année 2015.


La croissance du PIB repart à la hausse de 0,3% au troisième trimestre (Crédits - DR)

L’Insee, l’institut national des statistiques et des études économiques, a publié une estimation détaillée de la croissance du troisième trimestre 2015. Après avoir stagné au deuxième trimestre, le PIB repart à la hausse de 0,3%.

Sous la croissance européenne

Jeudi 17 décembre, l’Insee a présenté ses prévisions de croissance pour le dernier trimestre 2015. Initialement à 0,4%, les estimations ont chuté à 0,2%. Un chiffre en baisse par rapport au trimestre précédent qui ne portera pas préjudice à la croissance annuelle.

L’Insee avait tablé sur une augmentation du PIB en 2015 de 1,1%, un chiffre presqu’atteint depuis janvier puisque la croissance sur neuf mois s’établie à 1% (0,7% au premier trimestre). Bien que ces prévisions représentent un niveau record depuis quatre ans, la France reste en retard par rapport à la croissance de la zone euro qui culmine à 1,5%.

 

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

24/12/2015 - 15h53 -

Hum ! C'est mieux qu'une descente, mais ne serait-il pas possible de faire beaucoup mieux ?
On peut, parallèlement aux efforts des acteurs humains, contribuer à une amélioration du système économique en entier .
Un facteur très important est le système financier qui actuellement est imposé, et qui est loin d’être le meilleur pour les populations.
Voici un exemple relatif à la France et à l’Europe, qui montre qu’on peut y faire quelque chose.
Depuis 1974 la vie économique va assez mal chez nous.
Or l’économie était florissante pendant les Trente glorieuses (les années de 1945 à 1975, en gros) en France, car l’état français empruntait à taux presque zéro à la banque de France : la banque nationale était au service du pays , et tout allait bien !
Juste après la mort du général de Gaulle, un plan sournois de fragilisation économique du pays s’est mis en route avec le président de la république qui lui succéda, et qui était issu d’une banque internationale bien connue. Il a préparé le terrain, puis décéda, laissant à son successeur (toujours vivant et fanfaron) le soin de parachever son travail ; il a fait emprunter l’État français pour la première fois sur les marchés financiers en 1974 : le pays ne s’en ai jamais remis, et ne s’en remettra jamais s’il ne revient pas au système monétaire et financier en cours avant 1970, sans besoin aucun de plan Marshall bis ( c'est à dire des prêts bancaires américains tels ceux de 1948 à 52, accordés aux européens et qui, semble-t-il, ne furent pas remboursés, car les pays européens avaient accepté de se conformer à la politique capitaliste libérale qui était le modèle économique des États-Unis.)
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte