Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L'avion solaire de Solar Impulse va connaître une deuxième vie dans l'aviation autonome

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Trois ans après son tour du monde, l'avion solaire de Solar Impulse reprend du service. L'entreprise suisse a annoncé la location de l'appareil à Skydweller, spécialiste espagnol de l'aviation autonome.

La nouvelle vie dans l'aviation autonome de l'avion solaire Solar Impulse
Entre mars 2015 et juillet 2016, le SI-2 avait réalisé un tour du monde en 17 étapes en utilisant uniquement l’énergie de ses cellules photovoltaïques.
© Solar Impulse

L’avion de Solar Impulse va connaître une deuxième vie. Mercredi 11 septembre, la société suisse a annoncé un accord avec Skydweller. L’entreprise américano-espagnole va se doter temporairement du fameux appareil qui a réalisé un tour du monde sans carburant. Elle espère ainsi développer les usages de l’aviation solaire dans l’industrie.

L’avion Solar Impulse 2 rejoindra à terme un musée

Skydweller va acquérir l’avion SI-2, des actifs liés à l’appareil ainsi qu’une licence de propriété intellectuelle exclusive pour développer un avion sans pilote capable de voler perpétuellement. Le montant de l’opération n’a pas été révélé. Toutefois, l’appareil solaire ne va rester définitivement chez la société espagnole.

“Quand Skydweller aura fini ses vols de recherche et développement, l’avion Solar Impulse sera exposé de façon permanente dans un musée, pour continuer à inspirer les générations futures”, explique l’entreprise suisse dans un communiqué. Le premier prototype de Solar Impulse, immatriculé HB-SIA, a ainsi déjà élu domicile à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris.

Contacté par L'Usine Nouvelle, un porte-parole de Solar Impulse précise que les travaux de Skydweller avec le SI-2 pourraient durer "plusieurs années". Le SI-2 pourrait d'abord mener des vols avec un pilote avant de progresser vers des missions en autonomie. Des discussions sont en cours avec le Musée suisse des transports de Lucerne pour accueillir l'appareil par la suite. Le lieu abrite déjà la nacelle du ballon Breitling Orbiter 2 qui avait été piloté par Bertrand Piccard (initiateur de Solar Impulse) ainsi que le sous-marin mésoscaphe Auguste Piccard construit par son père.

Des avions solaires autonomes pour les télécommunications

Basé dans la région espagnole Castille-La Manche, Skydweller est spécialisé dans les technologies de l’aviation autonome. L’entreprise souhaite ainsi développer une version sans pilote de l’avion solaire pour offrir des services dans le secteur des télécommunications. Elle envisage des applications variées : cartographie aérienne, prévisions météorologiques et environnementales, réseaux de communication Internet et 5G pour les endroits reculés, surveillance des ressources naturelles…

“De la même manière que le marché des satellites dans les années 1990, les aéronefs solaires à large charge utile vont changer la façon dont une large partie du monde communique et partage des données, estime Robert Miller”, PDG de Skydweller. Il souhaite ainsi tirer parti “des 15 années de R&D de Solar Impulse, qui comprennent plus de mille heures de vols alimentés à l'énergie solaire” pour commercialiser des solutions plus efficaces et plus rapidement.

Skydweller va aussi investir dans un site de production dans la région Castille-La Manche. Dès le mois de septembre, l’entreprise souhaite commencer le développement, les tests et l’industrialisation d’un “pseudo-satellite atmosphérique” capable d’embarquer des grandes charges utiles avec une portée illimitée.

Solar Impulse continue à travailler sur son label

Les amateurs du projet Solar Impulse se réjouiront sans doute : ils pourront à nouveau observer l’envergure impressionnante de l’avion solaire dans le ciel. Entre mars 2015 et juillet 2016, le SI-2 avait réalisé un tour du monde en 17 étapes en utilisant uniquement l’énergie de ses cellules photovoltaïques.

Depuis cet exploit, l’appareil s’est fait plus discret. Les deux pilotes du projet poursuivent d'autres activités. Bertrand Piccard s'est concentré sur le développement d’un label Solar Impulse pour encourager les solutions technologiques innovantes dans les énergies propres. De son côté, André Borschberg a cofondé H55 (entreprise dérivée de Solar Impulse) pour développer des systèmes de propulsion électrique pour les avions.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle