L’assurance-chômage va réduire fortement son déficit sur les deux prochaines années

L’Unedic devrait réduire son déficit de 1,5 milliard d'euros par an sur les deux prochaines années, grâce au regain de croissance de l’économie et aux nouvelles règles d’indemnisation en vigueur depuis avril 2017. Des prévisions qui s’établissent à périmètre constant, avant une réforme d’envergure qui permettrait aux démissionnaires et aux indépendants d’être indemnisés. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’assurance-chômage va réduire fortement son déficit sur les deux prochaines années

3, 6 milliards d'euros en 2017, 2 milliards en 2018, 600 millions en 2019. Ce sont les chiffres du déficit du régime d’assurance des salariés estimés par l’Unedic. Le rythme des économies s’établit donc pour les deux prochaines années à environ 1,5 milliard par an. Deux facteurs portent ce mouvement: le regain de croissance et la modification des règles d’indemnisation issue de la convention de l’assurance chômage d’avril dernier.

La croissance - qui a encore été révisée à la hausse ce mercredi 28 février par l’Insee à 2 % pour 2017 - réduit le nombre de chômeurs indemnisés et augmente la masse salariale, ce qui relève les recettes du régime. Pour 2018 et 2019, le nombre de nouveaux emplois affiliés est estimé à respectivement + 166 000 et + 197 000. Parallèlement, les salaires augmenteraient de 2 % puis 2,2 % sur les deux prochaines années. Au-delà de l’effet de cycle économique conjoncturel qui affecte en tout premier chef le régime, les règles d’indemnisation ont revu les conditions des seniors pour motiver leur retour à l’emploi et tenir compte du recul de l’âge de départ à la retraite.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le boulet de la dette

Pour l’Unedic, les 600 millions d'euros de déficit qui courront encore sur 2019 sont entièrement attribuables au surcoût de l’indemnisation des travailleurs frontaliers. Les règles relèvent de l’Union Européenne et sont en cours de réexamen. Reste toujours un boulet: la dette accumulée du régime qui est de 33,6 milliards d'euros et continuera donc de grimper durant les prochaines années... bien qu'à un rythme allégé.

Bien entendu, toutes ces prévisions sont réalisées en dehors des fortes évolutions envisagées par l’exécutif avec un système d’indemnisation chômage qui bénéficierait aussi aux démissionnaires et aux indépendants. Pour ces dernières catégories, les arbitrages gouvernementaux sont attendus rapidement. Or il y a fort à parier qu’un système assurantiel ne soit pas compatible avec ces ambitions, et que les évolutions ne concerneront qu’en partie l’Unedic et impacteront plus vraisemblablement le budget de l’Etat.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS