L'Assemblée nationale vote deux textes pour encadrer les rémunérations des patrons

Les députés veulent rendre les avis des actionnaires sur les rémunérations des dirigeants contraignants. L’affaire a été déclenchée par la polémique sur la rémunération du dirigeant de Renault. Elle n’aura pas d’impact sur les montants. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Assemblée nationale vote deux textes pour encadrer les rémunérations des patrons

Des patrons managers aux salaires colossaux : ça passe. Mais des patrons managers qui s’assoient sur l’avis de leurs actionnaires : ça coince. Y compris dans les rangs des patrons.

Lorsque le conseil d’administration de Renault a confirmé la rémunération de 7,2 millions d’euros de Carlos Ghosn pour 2015, alors que l’assemblée générale du 29 avril 2016 avait voté contre à 54,08 %, Pierre Gattaz s’est dit "gêné". Le 18 mai, Patrick Pouyanné, le PDG de Total, en audition à la commission économique du Sénat a déclaré qu’il demanderait à son conseil d’administration de réviser sa rémunération si elle était rejetée par les actionnaires.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A LIRE AUSSI

Les députés ne se le sont pas fait dire deux fois. A l’occasion d’une proposition de loi du député du Front de Gauche, Gaby Charroux, sur l’encadrement du salaire des patrons, la commission des affaires sociales a adopté un amendement pour rendre contraignant les avis (aujourd’hui consultatifs) des actionnaires sur les rémunérations des dirigeants de société. La proposition de loi a été discutée en séance publique ce 26 mai et adoptée.

Et le sujet reviendra aussi par une autre porte, via la loi Sapin 2 puisque le député PS Sébastien Denaja, rapporteur du texte, a proposé et fait adopté dans la nuit du 25 au 26 mai en commission, un amendement qui soumettra toute hausse de rémunération à l’adoption de l’assemblée générale. Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron avait menacé de légiférer si le conseil d’administration de Renault ne tirait pas toutes les conséquences du vote de ses actionnaires.

Une autre proposition de loi, du groupe communiste, visant à limiter les rémunérations des patrons a été rejetée.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS