Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

[J'ai testé pour vous] Le tour de France de l'industrie, étape 1

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Reportage Le tour de France de l'industrie French Fab Tour a démarré mardi 15 janvier à Laval. A côté des annonces officielles de la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher, serious game, réalité virtuelle chez Pôle Emploi, mais aussi de multiples rencontres avec des industriels. Reportage.

[J'ai testé pour vous] Le tour de France de l'industrie, étape 1
De nombreux étudiants ont profité de l'occasion pour rencontrer les entreprises présentes
© Rémi Amalvy

Il fait froid ce matin du 15 janvier au Campus Ouest de Laval (Mayenne). La première étape du French Fab Tour y a établi ses stands, juste à côté de l’école d’ingénieur ESTACA. Les premiers groupes de collégiens, lycéens et étudiants font la queue en grelottant. La zone se remplit petit à petit, pendant que sur une scène le groupe de musique français "The Penelopes" interprète l’hymne officiel de l’événement.

Malgré la température un peu trop basse, l’ambiance est joyeuse. Tous semblent enthousiastes. C’est l’occasion de "rendre visibles des boites récentes et dynamiques", commente Guillaume Mortelier de Bpifrance, "Paris descend en province !". A la cohue qui se déclare, on constate que la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher arrive. Elle vient inaugurer et présenter les ambitions de ce tour de France de l’industrie.

Pôle-Emploi se lance dans la réalité virtuelle

Mais la visite de la ministre n’est pas la seule attraction de la journée. Sur le stand de Pôle Emploi, au milieu des grands écrans et des tablettes présentant tous les services numériques de l’agence, des casques de réalité virtuelle sont à disposition des curieux. L’appareil devant les yeux, on regarde et on écoute des salariés d’entreprises, filmés grâce à une caméra 360°, nous parler de leurs nombreux métiers industriels. "Il faut réussir à attirer, séduire et capter des profils pour l’industrie", explique Yoann Vairé, coordinateur régional du French Fab Tour chez Pôle Emploi, et "une visite de cinq minutes en réalité virtuelle est bien plus parlante que des conférences".

En Pays de la Loire, Pôle Emploi organise "une action par semaine" (job dating, réunion avec des entreprises, vidéos de présentation) sur la thématique de l’industrie, et "70% d’entre elles amènent à un recrutement", précise Alain Mauny, son directeur régional. Si pour lui le secteur "tire l’économie vers le haut", il constate paradoxalement qu’il reste "fortement touché par les pertes d’emploi". Il exhorte donc le plus d’entreprises à "venir vers Pôle Emploi pour se faire connaître, faire connaître leurs métiers, et élargir leurs critères de recrutement", en ne se basant plus seulement sur les diplômes mais également sur les compétences lorsque cela est possible.

Job dating et serious gaming

Un job dating a justement été organisé cet après-midi. Les étudiants de l’ESTACA, dont la journée a été banalisée pour l’occasion, sont nombreux à s’y rendre. Ils espèrent "mieux connaître la réalité des métiers, se créer un réseau, et [au mieux] trouver un stage", car selon eux "une bonne partie des étudiants trouvent un stage dans ce genre de forum". Beaucoup de sociétés ont fait le déplacement pour essayer d'attirer le plus possible ces futurs ingénieurs. Parmi les stands, on note la présence d’Engie, d’Orange, de Lactalis, de Keolis, de la Marine Nationale, de Safran et de Dassault. Ça se bouscule d’ailleurs pas mal chez ces trois derniers.

Ailleurs, il est possible de s’essayer à "l’expérience French Fab", un Serious Game. Il faudra par exemple faire avancer un petit robot dans un labyrinthe grâce au logiciel de programmation graphique Scratch, ou scanner des QR codes renvoyant à des exemples de métiers de l’industrie du futur. Chaque épreuve se fait en équipe, le but étant de la terminer avant les concurrents. Dans "une optique ludique et pédagogique", le jeu cherche à faire comprendre que "toute l’industrie ne correspond pas à un seul profil", explique Jean-Rémi Mergui, son créateur.

STMicroelectronics a fait le déplacement

Enfin, n’oublions pas la présence de STMicroelectronics, l’un des leaders mondiaux des puces électroniques. S’ils ne sont pas présents dans la région (leur usine la plus proche est à Rennes), "c’est une nécessité d’être là, pour montrer aux nouvelles générations nos métiers passionnants, et qu’on est présent partout", commente Stéphane Henry, directeur des sites de la société du Mans et de Rennes. Grâce à une vidéo de présentation et plusieurs produits, les équipes tentent d’expliquer aux visiteurs les différents métiers, parfois un peu abstraits, liés à la conception de ces minuscules appareils. "Ça nous permet de montrer que nos usines sont modernes, et à quel point notre travail est important", rajoute Stéphane Henry, "on construit l’industrie de demain".

Ces mots, beaucoup d’industriels présents sur place les ont répétés durant cette journée. Car tous s’étaient mis d’accord sur l’objectif du French Fab Tour : "faire rayonner l’image de l’industrie dans toute la France".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle