[Vidéo] "J’ai besoin de vous" lance Emmanuel Macron aux industriels

Le Président de la République ouvrait lundi 26 mars la semaine de l’industrie par une réception d’industriels à l’Elysée. Il les enjoint à se saisir des réformes pour investir dans les territoires touchés par la désindustrialisation, participer activement à la réforme de la formation et embaucher des apprentis. Récit de cette soirée.

Partager
[Vidéo]
Emmanuel Macron attend un engagement national des industriels

"Ce salon de l’industrie arrive à point nommé. Après dix mois de travail pour accompagner la transformation de notre économie. Il faut maintenant que les pratiques changent, que la transformation gagne le terrain. J’ai besoin que l’industrie française croie en son pays." C’est avec ces mots qu’Emmanuel Macron accueille lundi 26 mars à l’Elysée 150 dirigeants de PME, ETI et grands groupes du pays à la veille de l’ouverture de Global industrie.

Sur la moquette rouge et or de la salle des fêtes de l’Elysée, se pressent patrons de PME - comme Yannick Loisance, président de Multistation, spécialiste de la fabrication additive -, grand patrons - tels Laurent Burelle (Plastic Omnium) ou Jean-Dominique Senard (Michelin) - et responsables de grandes fédérations comme Alexandre Saubot (UIMM). Auprès d’eux, le message du Président est clair : le gouvernement a fait des réformes, c’est aux entreprises de s’emparer de ce nouvel environnement pour réindustrialiser le pays et le sortir de ce chômage de masse qui l’enkyste.

Rien n'est gagné

Le Président estime que la réforme du droit social permet désormais aux branches et aux acteurs de terrain de définir des accords qui leur assurent "visibilité, stabilité et flexibilité". Il vante aussi une réforme de la fiscalité qui doit réorienter l’épargne financière vers l’alimentation des fonds propres des entreprises pour leur permettre d’investir dans une économie qu’il qualifie de "l’innovation et non de rattrapage".

Il termine le tour d’horizon de son modèle en évoquant le lancement d’une nouvelle culture de la confiance, avec la loi sur le droit à l’erreur, et le déploiement prochain de la réforme de la formation et de l'apprentissage. Et en même temps, rien n’est encore gagné. Emmanuel Macron attend désormais un engagement du monde économique, alors que la révolution industrielle en cours et les enjeux environnementaux sont de formidables leviers, selon lui, pour redéployer des productions en France.

"J’ai besoin de vous pour gagner deux batailles, lance le président aux industriels : la bataille des territoires et celle de l’apprentissage et de l’emploi." Il estime que les territoires désindustrialisés, ces villes moyennes durement touchées, sont encore porteurs d’une culture industrielle et que c’est dans ces zones que les acteurs doivent investir. "Nous avons besoin de l’engagement des industriels car on ne va pas faire de l’aménagement du territoire en recréant des emplois publics."

Selon lui, les services de l’Etat seront entièrement mobilisés pour faciliter la vie de tous les industriels qui souhaiteront s’y implanter. Il justifie une première séquence de son quinquennat dédiée à l’attractivité internationale par la nouveauté de son arrivée sur la scène politique, mais "on va désormais travailler à l’attractivité de la France pour les groupes français". Emmanuel Macron fustige au passage des chaînes de valeurs trop internationalisées et des groupes "qui ont pensé parfois qu’il y avait des nirvanas à l’étranger", laissant s’écrouler une chaîne de sous-traitance vitale pour les grands assembliers.

Un changement collectif

L’autre bataille est celle de l’emploi et de l’apprentissage. Le contenu et la responsabilité des formations sont renvoyés aux branches, à elles de s’en emparer pour créer les compétences dont elles ont besoin. Aux entreprises d’engager les apprentis. "Je regrette que des centaines d’entreprises préfèrent payer une amende plutôt que d’embaucher 5 % d’apprentis."

Il appelle à un changement d’état d’esprit collectif. En aparté, il balaie d’un revers de main les bons indicateurs macro-économiques qui tombent chaque jour, estimant que "ce sont des informations de rang 2, la clé ce sont des comportements qui changent dans la durée." Pour le Président, la bataille est culturelle et elle ne se gagnera pas au 55 rue du faubourg Saint-Honoré.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur Contrôle Commande F/H

ORANO - 09/12/2022 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

60 - Liancourt

Ravalement d'une maison de maître de 5 logements collectifs locatifs, rue des Arts et Métiers

DATE DE REPONSE 15/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS