Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Isorg rend le plastique intelligent

Laurent Rousselle , , ,

Publié le

Isorg rend le plastique intelligent
Isorg rend le plastique intelligent
© DR.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Pionnier dans le domaine du plastique intelligent, le français Isorg est le seul au monde à transformer des substrats souples en photodiodes et capteurs d’images grâce à l’électronique imprimée. En 2016, il a livré ses premières caméras en feuille plastique destinées à des lecteurs d’empreintes digitales. À la clé, le passage d’une "boîte" de 15 cm3 à un format smartphone et une division par trois du coût d’un appareil homologué.

Créée en 2010 par Jean-Yves Gomez, ancien vice-président de STMicroelectronics, et Emmanuel Guérineau, la jeune pousse débute son activité par la recherche industrielle via un contrat de collaboration de 15 millions d’euros avec le CEA-Liten, à Grenoble. Elle consacre ses premières années à l’élaboration d’une technologie hybride combinant impression d’encre conductrice sur plastique et intégration de composants silicium pour développer des capteurs d’image de grande surface. "Il a fallu nouer des partenariats avec des chimistes pour concevoir des encres, acquérir des équipements expérimentaux et développer nos premiers produits", raconte Jean-Yves Gomez. À présent, Isorg compte une quarantaine de collaborateurs et commercialise des prototypes à une vingtaine de clients dans la sécurité, la logistique, l’aéronautique…

La start-up est en train de passer le cap de l’industrialisation avec l’ouverture d’une usine à Limoges (Haute-Vienne). Livré fin 2016, le site, encore en phase de transfert technologique et de qualification, doit être opérationnel courant 2018. Il pourra produire 60 000 m² de plastique intelligent par an. Parallèlement, Isorg collabore avec ElorPrinTec, une plate-forme de recherche en électronique imprimable et flexible pilotée par l’université de Bordeaux. Des recherches qui visent à inventer des capteurs de température, d’humidité, de pression et de gaz… en plastique. 

 

L’innovation

Une technologie hybride combinant impression d’encre conductrice sur plastique et intégration de composants silicium, qui permet de développer des capteurs d’images de grande surface sur du plastique souple, bien moins onéreux que les capteurs classiques.

 

l’opportunité

Le marché des capteurs imprimés devrait, selon IDTechEx, s’élever à 6,25 milliards d’euros en 2020. Le segment des capteurs hybrides d’images est le plus dynamique.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle