Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Il y a une vie numérique après la politique pour Nathalie Kosciusko-Morizet et Axelle Lemaire

Publié le

Elles sont toutes les deux jeunes, femmes, et ex-secrétaires d’Etat au Numérique. Elles viennent de s'engager auprès de grands cabinets de conseil. Hasard du calendrier, c’est la même semaine qu’était dévoilée leur embauche chez Cap Gemini pour Nathalie Kosciusko-Morizet et Roland Berger pour Axelle Lemaire. 

Il y a une vie numérique après la politique pour Nathalie Kosciusko-Morizet et Axelle Lemaire
Nathalie Kosciusko-Morizet part vivre et travailler à New-York.
© REA

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Se recaser dans le privé, après une défaite électorale ou lorsque l’on tourne définitivement la page de la politique n’est pas une exception. François Fillon a lui-même rejoint le fonds d’investissement Tikenau capital cette année. Edouard Philippe a été directeur des relations institutionnelles d’Areva après son passage au cabinet du ministre de l’Ecologie, Alain Juppé. Christine Albanel, ex ministre de la Culture, a rejoint Orange où elle est en charge de la responsabilité sociale, de la diversité et des partenariats du groupe. Mais les récentes embauches des deux quadras Axelle Lemaire (43 ans) et Nathalie Kosciusko-Morizet (44 ans) sont un peu différentes. Roland Berger et Cap Gemini ne les recrutent pas exclusivement pour transformer leurs carnets d’adresses en carnets de clientèle ou pour mener des missions de lobbying auprès des pouvoirs publiques. Les missions sur lesquelles elles sont affectées en témoignent.

 Un parcours et une personnalité

"Avec l'arrivée d’Axelle Lemaire, nous espérons développer des relations avec de nouvelles entreprises. Son lien privilégié, non pas tant avec les grands groupes, mais avec l'écosystème des start-up, va nous ouvrir sur des nouveaux partenaires pour plus d'intelligence. Elle va également nous apporter son excellente compréhension des enjeux du numérique", témoigne Olivier de Panafieu, co-managing partner de Roland Berger. Axelle Lemaire a pris lundi 12 février la direction de l’entité Terra numerata créé il y a quatre ans. Cette plateforme numérique de conseil du cabinet européen s’appuie sur des partenariats avec l’écosystème. Au-delà de l’expertise qu’a démontré Axelle Lemaire dans l’élaboration de sa "Loi pour une république numérique", la première co-construite via une grande concertation nationale en ligne, c’est aussi un parcours et une personnalité qui a séduit le cabinet. "Axelle Lemaire a une double nationalité franco-canadienne. Elle a vécu au Canada et travaillé à Londres", se réjouit Anne Loubiac, co-managing partner chez Roland Berger. Son profil international est un atout pour un cabinet de ce type.

De son côté, Nathalie Kosciusko- Morizet ne va pas ronronner à l’état-major de Cap Gemini à Paris. Elle prend la direction de l’activité projet et consulting de la division cloud et cybersécurité du groupe aux Etats-Unis. Une mission assez opérationnelle dans un environnement new-yorkais où son statut d’ancienne ministre et de candidate à la primaire de la droite pour l'élection présidentielle sera forcément moins écrasant qu’en France. En revanche, le cabinet peut compter sur son expertise d’ingénieur polytechnicienne et, au-delà de son passage à la tête du ministère de l’Ecologie, de son expérience comme secrétaire d’Etat à l’Economie numérique de 2007 à 2010. A ce titre, c’est elle qui a réussi à faire allouer 4,5 milliards d'euros du Grand emprunt à ce secteur et à le faire entrer dans le champ du plan de relance lancé pour pallier les effets de la crise de 2008. Elle est également proche de ce milieu via son frère Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur de Price minister, business angel et figure de l’écosystème numérique.

Une gestion de carrière à l'américaine

Ces départs vers le privé sont-ils des allers-simples ou avec tickets retour ? C’est affaire de choix personnel. Nathalie Kosciusko- Morizet a déclaré à Paris Match jeudi 14 janvier "avoir l’âge de faire une nouvelle carrière" et affirme vouloir quitter "définitivement" la politique. Axelle Lemaire n’a pas eu de propos dans ce sens. Pour Olivier de Panafieu, "l’époque a changé. On ne rentre plus forcément en politique pour y rester 50 ans. Ces femmes ont compris qu'une nouvelle voie s'ouvre vers une gestion de carrière plus à l’américaine ou les échanges entre secteurs public et privé sont courants". C’est aussi la conception d’une bonne partie des nouveaux députés de La république en marche dont beaucoup viennent du privé et considèrent leur mandat comme une mission ponctuelle et non comme un métier. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle