Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Il n’existe pas encore de marché de l’impression 3D en France", estime Olivier Dario du Symop

,

Publié le

Entretien A l’occasion du salon Global Industrie du 27 au 30 mars à Villepinte (Seine-Saint-Denis), le Symop, le Cetim et le CEA ont lancé un portail de la fabrication additive afin de fédérer une filière tricolore de l’impression 3D. Olivier Dario, délégué général du Syndicat des machines et technologies de production (Symop), revient sur la nécessité de faire émerger un marché de la fabrication additive en France.

Il n’existe pas encore de marché de l’impression 3D en France, estime Olivier Dario du Symop
Le Symop, le Cetim et le CEA ont lancé un portail de la fabrication additive afin de fédérer une filière tricolore de l’impression 3D.
© Pascal Guittet

L’Usine Nouvelle : Vous avez annoncé à l’occasion de Global Industrie le lancement d’un portail en ligne sur la fabrication additive en partenariat avec le CEA, le Cetim et le soutien de Bpifrance. A quoi sert cette plate-forme ?
Olivier Dario : Le portail réunit 70 acteurs de l’impression 3D en France : fabricants d’imprimantes 3D, prestataires de service, fournisseurs de matières premières mais aussi centres technologiques et clusters. Tous les acteurs qui peuvent aider une entreprise à adopter la technologie. Le but est d’identifier les acteurs pour permettre l’émergence d’une filière fabrication additive française. Il existe différentes initiatives en région comme la plate-forme Additive factory hub sur le plateau de Saclay, la volonté de créer un centre de formation à Charleville-Mézières… Le but est de rassembler ces initiatives pour identifier l’offre.

Outre l’identification des acteurs, quelles autres conditions sont nécessaires pour faire émerger une filière impression 3D en France ?
Il faut travailler sur les normes, notamment de sécurité et sur les matériaux, c’est l’un des grands chantiers de l’impression 3D. Il faut que les technologies soient plus robustes, aujourd’hui les machines ont encore du mal à répliquer la même pièce. Et il faut développer les cas d’usages pour créer une demande. Les cas d’usages sont encore trop peu nombreux.

Pourtant les industriels multiplient les annonces quant à leurs investissements en impression 3D…
Nous sommes dans une phase d’amorçage. Il n’existe pas encore de marché de l’impression 3D en France. Pour le moment, ce sont surtout les grands donneurs d’ordres qui lancent des initiatives. C’est pour cela que nous avons lancé 3D Start PME avec le CEA et le Cetim, un programme calqué sur le modèle de Robot start PME. Son but est d’aider les petites entreprises à intégrer l’impression 3D dans leurs processus. Le programme inclut une aide financière si l’entreprise achète une imprimante 3D mais aussi et surtout un accompagnement en amont pour leur expliquer ce que permet la fabrication additive, les aider à identifier les cas d’usage, les pièces qui pourraient être fabriquées en impression 3D. 30 PME seront accompagnées à partir de fin avril.

Sur le marché de l’impression 3D, les fabricants français font face à une forte concurrence des Etats-Unis notamment avec HP et GE…
Oui, et c’est pour cela qu’il est indispensable de créer une filière française. Il ne faut pas se laisser aller comme nous avions pu le faire auparavant avec la machine-outil. Pas seulement pour crier cocorico, mais parce que l’impression 3D est la technologie la plus stratégique de l’industrie du futur. L’enjeu en 2018 sera aussi d’acquérir les compétences nécessaires à son développement.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

30/03/2018 - 12h22 -

Avant d investir dans les machines il faudrait peut être trouver les dessinateurs techniques capables de dessiner pour ce type de machine. De plus les logiciels.de.dessins industriels actuels.ont été conçus pour enlever se la.matiere et pas pour dessiner spécifiquement des pieces pour l'impression 3 d... dpnc on en est au balbutiements sachant que la fabrication 3D coûte 6 fois plus cher que la fab traditionnelle
Répondre au commentaire
Nom profil

30/03/2018 - 23h20 -

Il faut faire appel aux petit BE qui ont le savoir faire en matière de conception. Je suis dans ce cas, j'utilise une imprimante 3d depuis 2 ans. Je dessine entre autre des gabarits de contrôle que je livre à mes clients rapidement. Avis aux intéressés qui veulent faire progresser l'impression 3d.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle