Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

HDF efface l'intermittence des énergies renouvelables

Myrtille Delamarche , , ,

Publié le

HDF efface l'intermittence des énergies renouvelables © D.R. ; Airbus defence and space

Hydrogène de France (HDF Energy) affiche son ambition, industrialiser le stockage de l’énergie sous forme d’hydrogène. Pour cela, plutôt qu’un pilote, rien de tel qu’un projet en taille réelle. La PME bordelaise a annoncé le 28 mai un projet de centrale électrique 100 % décarbonée, capable de fournir 10 mégawatts (MW) en journée et en soirée et 3 MW la nuit, à un coût compétitif et avec une stabilité digne d’une centrale thermique.

Le secret de cette énergie renouvelable à l’intermittence presque effacée réside dans le couplage d’un parc solaire de 55 MW et d’une

unité de stockage à l’hydrogène de 140 MWh – reconvertis en électricité par pile à combustible –, doublée d’un étage de batteries lithium-ion. Le tout devrait démarrer en 2020 à Mana, en Guyane. La région de Saint-Laurent-du-Maroni accueillerait une unité de stockage plus importante que celle de 129 MWh construite en Australie (où HDF est aussi présent) par Tesla et la petite française du solaire Neoen.

Derrière cette prouesse annoncée se cache un savoir-faire développé dans la pile à combustible de grande puissance (supérieure à 1MW). "Les deux seules piles à combustible de forte puissance en Europe sont passées entre nos mains", affirme Sylvain Charrier, le directeur du développement outre-mer de HDF. Damien Havard a fondé Hydrogène de France en 2012, après une expérience dans un bureau d’études dans le photovoltaïque. Présent dans une dizaine de pays, HDF affiche 2 millions d’euros de fonds propres, à peu près autant de chiffre d’affaires et s’affirme rentable. La prochaine étape, pour ce précurseur de la filière hydrogène en France, est l’industrialisation du stockage de masse des énergies renouvelables. C’est le rôle du projet guyanais, que la PME entend bien répliquer en Guyane et ailleurs.

L’innovation

Une solution de production d’énergie renouvelable stable et prévisible grâce au stockage massif de l’énergie sous forme hydrogène et à des piles à combustible de forte puissance (supérieure à 1?MW).

 

l’opportunité

Les zones enclavées ou isolées sont le plus souvent alimentées en électricité par de petites centrales thermiques que la solution renouvelable et stockage hydrogène d’HDF peut remplacer.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

02/09/2018 - 02h10 -

Cette filière ne doit pas être soutenu. Le rendement entre l'énergie absorbée et l'énergie restituée est catastrophique et donc cette solution est mauvaise pour la planète. Il vaut bien mieux mettre en place des Giga batteries qui elles ont un rendement (efficacité énergétique) de 95% (3 à 4 fois meilleur que la filière H²). De plus cette filière Giga batterie est déjà éprouvée par exemple en Australie par Elon Musk. Donc Inutile de gaspiller de l'argent publique.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/12/2018 - 13h25 -

Tout à fait d'accord
Répondre au commentaire
Usine Nouvelle N°3573-3574

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3573-3574

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 de L’Usine Nouvelle
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle