Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Grand prix du jury 2018 : Armor imprime en grand son film solaire

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le

Armor a reçu le prix spécial du jury des Trophées de la transition énergétique de L'Usine Nouvelle.

Grand prix du jury 2018 : Armor imprime en grand son film solaire

Armor, une ETI nantaise, a développé et déjà industrialisé un film photovoltaïque souple organique. Et en grande largeur. En mars, son usine de Nantes (Loire-Atlantique) a sorti des films solaires Asca d’une largeur de 60 centimètres, contre 50 pour le plus grand modèle existant. Surtout, son principal concurrent, l’allemand Heliatek, n’a encore "qu’une unité pilote et n’industrialisera qu’en 2019", explique Hubert de Boisredon, le PDG d’Armor.

Grâce à un investissement total de 60 millions d’euros depuis 2010, Armor produit des films photovoltaïques souples organiques depuis 2016, avec une capacité de 1 million de mètres carrés par an. "Nous avons conçu le produit pour qu’il puisse être industrialisé", rappelle le PDG. Mais, contrairement à Heliatek, qui a couvert avec Engie le toit du collège Mendès-France, à La Rochelle, de ses films, Armor n’a pas encore d’installations à montrer. "Elles sont en cours", rassure Hubert de Boisredon. Et il est confiant. Le marché est potentiellement immense pour ces films solaires légers (300 à 500 g/m2), souples pour épouser toutes les architectures, ne nécessitant pas de matériaux rares et se recyclant facilement. "ls s’insèrent facilement dans du mobilier urbain pour le rendre autonome en électricité", remarque le PDG d’Armor, qui vient de nouer un partenariat avec JCDecaux.

Certes, avec une puissance de seulement 40 watts-crête par mètre carré, les films photovoltaïques souples ne peuvent rivaliser avec les panneaux photovoltaïques au silicium, mais ils s’installent rapidement et, grâce à leur légèreté, peuvent être transportés dans des zones isolées.

Une diversification audacieuse

Armor est une entreprise indépendante spécialisée depuis 1922 dans les encres, les toners et l’impression sur les emballages et les étiquettes. Son capital est détenu par l’équipe dirigeante et les salariés. Elle dispose d’unités de production dans 26 pays et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 256 millions d’euros. Le film Asca est une diversification audacieuse. "Cette idée folle est née d’une conviction, d’un savoir-faire et d’une volonté d’innovation industrielle", résume le dirigeant.

En 2008, année du Grenelle de l’environnement et de la prise de conscience du réchauffement climatique, Hubert de Boisredon décide de relancer l’innovation au sein du groupe. Il demande aux équipes de travailler sur des diversifications conjuguant le savoir-faire historique de l’entreprise, l’enduction de couche mince sur film ultra-mince, avec le développement durable. Deux projets sont lancés : un collecteur enduit pour l’amélioration de la performance des batteries électriques lithium-ion et des films photovoltaïques solubles organiques. En 2010, Armor lance un programme de R & D avec l’Institut national de l’énergie solaire et un consortium d’entreprises. Après six ans, l’innovation de rupture est là. "Nous sommes en train d’innover totalement, pour créer un matériau du XXIe siècle", avance Hubert de Boisredon. Dont la France pourrait être leader, il en est persuadé.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle