Technos et Innovations

[Gafa] Dans le match Apple/Google durant la crise, pourquoi Apple sort largement victorieux

, , , ,

Publié le

Tandis que les géants du numérique tirent leur épingle de la crise économique liée au coronavirus, Alphabet, la maison mère de Google, a enregistré pour la première fois une baisse de ses ventes de 2 % au deuxième trimestre. Les autres GAFA présentent des bilans positifs, en particulier Apple qui affiche une forme éclatante.

[Gafa] Dans le match Apple/Google durant la crise, pourquoi Apple sort victorieux
La maison mère de Google affiche un recul de ses ventes, tandis qu'Apple progresse dans tous ses secteurs d'activité.
© Unsplash/Medhat Dawoud

Alphabet, la maison mère de Google, a fait état jeudi 30 juillet de ventes trimestrielles en recul pour la première fois depuis son entrée en Bourse il y a 16 ans. A l’opposé, Apple, qui publiait le même jour ses résultats trimestriels, a progressé dans tous ses secteurs d'activité et sur tous ses marchés géographiques, grâce aux mesures de confinement imposées à travers le monde.

Alphabet a dégagé au deuxième trimestre 38,3 milliards de dollars, en baisse de 2% sur un an et avec une marge opérationnelle à 17% contre 24% il y a un an. Les analystes tablaient sur un chiffre de 37,37 milliards selon les données IBES de Refinitiv. Les ventes de d’Alphabet ont décliné pour la première fois depuis l'entrée en Bourse de la compagne en 2004. Il s'agit de son pire résultat depuis la hausse de 2,9% durant la crise financière de 2009… pendant qu’Apple affiche une forme éclatante.

L’action d’Alphabet est stable, mais Apple défie les statistiques

L'action d'Alphabet, elle, est restée à peu près stable à 1.538,37 dollars après la publication des résultats trimestriels, contre environ 1.525 dollars cette année avant le début de la crise sanitaire. De son côté, avec 59,7 milliards de dollars de revenus sur le deuxième trimestre et un bénéfice par action de $2,58, Apple progresse de 11% par rapport à l'année dernière, alors que les analystes s'attendaient à des revenus de 52,25 milliards et un bénéfice par action de 2,04 dollars, selon les données IBES de Refinitiv.

A l'instar des autres géants des nouvelles technologies comme Amazon et Facebook qui publiaient aussi leurs résultats ce jeudi 30 juillet, Apple a battu les prévisions des analystes. Chez Alphabet, le déclin de 2% est cependant moins marqué qu'attendu, alors que de nombreux annonceurs ont continué d'utiliser les outils publicitaires du moteur de recherche Google pour toucher des consommateurs confinés chez eux pour cause de pandémie de coronavirus.

 

Google dépend des annonceurs, Apple vend ses produits

Avec ses outils pour la plupart gratuits de recherche en ligne, de téléconférence et de visionnage de vidéos en ligne, Google a pris une part encore plus prépondérante dans la vie de nombreux consommateurs pendant le confinement instauré dans de nombreux pays, qui a rendu les populations dépendantes à internet pour travailler et se divertir.

Mais les annonceurs utilisant les services de Google ont licencié en masse et réduit leurs coûts pour tenter de compenser l'impact économique de la crise sanitaire, et les budgets publicitaires ont souvent été les premiers tronqués, en particulier par des clients importants dans le domaine du tourisme. Environ 66% du chiffre d'affaires d'Alphabet est venu des recherches sur Google et des publicités sur YouTube.

Du côté d'Apple, les ventes d'iPhone ont rapporté 26,42 milliards, soit quatre milliards de plus que les prévisions des analystes. Même des équipements passés au second plan, comme les iPad ou les ordinateurs Mac, ont connu un regain d'intérêt. En outre, Apple se développe dans son secteur des services numériques (iCloud et Apple Music), avec une progression de près de 15% à 13,16 milliards contre 11,46 milliards il y a un an.

 

Des gestions différentes, pour des défis différents

Google a semblé toutefois mieux géré le ralentissement de l'économie américaine qu'auparavant, la crise sanitaire ayant rendu internet plus attractif pour les annonceurs que la télévision et la radio.

"Ce trimestre, nous avons vu de premiers signes d'une stabilisation, alors que les utilisateurs ont repris une activité commerciale en ligne", a déclaré jeudi à des analystes le directeur général d'Alphabet, Sundar Pichai. "Bien sûr, le climat économique reste fragile", a-t-il ajouté.

Le groupe s'est ajusté en ralentissant la progression de ses dépenses, avec une hausse de 7% sur un an à 31,9 milliards de dollars au deuxième trimestre, contre une hausse de 12% un trimestre plus tôt.

Dans une interview accordée à Reuters, le patron d'Apple, Tim Cook, note que le mois d'avril, en pleine période de confinement, a été marqué par des perturbations mais les ventes, ajoute-t-il, sont reparties à la hausse en mai et en juin avec le lancement "solide" en avril de l'iPhone SE, un smartphone vendu à moins de 400 dollars. Apple, poursuit Tim Cook, a aussi profité des plans de soutien des économies mis en place par les pouvoirs publics. "Et je ne parle pas seulement des Etats-Unis".


avec Reuters (Paresh Dave, avec Munsif Vengattil à Bangalore; Stephen Nellis avec Yi-Mou Lee à Taïpeh; version française Henri-Pierre André et Jean Terzian)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte