Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Fuji Electric, une enclave nippone au pays des volcans

,

Publié le

La pression monte. Dans quelques jours, le groupe Fuji Electric fêtera les 20 ans de son implantation en France grâce à son siège social basé à... Clermont-Ferrand.

L'entreprise - crédits : google street view
 

Nul n'est prophète en son pays. Et encore moins en Auvergne ! Peu de gens le savent, mais il existe, à Clermont-Ferrand, une PME à capitaux 100% japonais, qui prospère au pied des volcans depuis 20 ans. Crée en 1995 la filiale française du groupe nippon Fuji Electric, spécialiste en instrumentation et en automatisation, a jeté l'ancre en Auvergne, pour ne plus jamais en repartir.

Une implantation aussi inattendue qu'insolite qui s'explique par l'histoire du site. L'usine clermontoise travaille d'abord sous pavillon américain Fischer-Porter jusqu'en 1991, date à laquelle elle entre dans un processus de joint-venture avec Fuji Electric. Mais en 1994, la maison mère US est vendue à un concurrent et rend l'alliance avec Fuji impossible. La société japonais se trouve alors sans relais en Europe et décide d'implanter son siège social à Clermont-Ferrand.

La barrière de la langue

"Fuji Electric était le premier japonais industriel à s'implanter à Clermont-Ferrand. Ils ont trouvé sur place un savoir-faire disponible", se souvient le président France Joël Ollier. Mais tout n'a pas toujours été simple, à commencer par la barrière de la langue. "Le problème a été très difficile à surmonter", reconnait Joël Ollier, soulignant au passage le peu d'aptitude de ses homologues pour les langues étrangères. "Mais aujourd'hui, ça va mieux. Le vice-président qui est ici à demeure est Japonais et il parle aussi l'anglais. Nous avons appris à surfer entre ces trois langues au sein de l'entreprise !"

Tel un bonsaï

Aujourd'hui, Fuji Electric emploie quelque 140 personnes à Clermont-Ferrand. Spécialisé, entre autres, dans la fabrication de capteurs de pression (17000 unités par an), la filiale française du groupe japonais est un spécialiste reconnu en matière d'instrumentation et d'automatisation. "Nous vendons au marché français, mais aussi dans le middle-East, aux Etats-Unis, à la Russie..."  Forte d'un chiffre d'affaire de 25 millions d'euros, Fuji France compte parmi ses clients des noms aussi connus qu'Alstom, EDF, Michelin, ou encore Veolia. Des donneurs d'ordre issus de l'industrie papetière, agro-alimentaire et pharmaceutique.

En vingt ans, la greffe japonaise a pris et tel un bonsaï continue de grandir patiemment. Le groupe s'apprête à inaugurer, le 17 septembre, une nouvelle unité de production à Cournon-D'Auvergne (Puy-de-Dôme), qui emploiera vingt-cinq nouveaux salariés.

Geneviève Colonna d'Istria

Fuji en chiffres :

Le groupe créé en 1923 compte 25 524 salariés dans le monde

104 bureaux dans 21 pays

Les produits sont diffusés dans 52 pays

Le chiffre d'affaires général est d'environ 7 milliards d'euros.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle