François Rebsamen, une petite loi et puis s’en va

Le ministre du Travail devrait redevenir maire de Dijon (Côte-d’Or) ce lundi 10 août après-midi et quitter ses fonctions ministérielles le mercredi 19 août prochain. Après 16 mois passés au gouvernement, on retiendra une loi sur la simplification du dialogue social et quelques sorties pas toujours appréciées.

Partager

(Parti Socialiste - Flickr - CC.)

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Après le décès de son ami, le maire Alain Millot, qu’il avait placé à la tête de la ville de Dijon au mois d’avril 2014 pour entrer au gouvernement, François Rebsamen a annoncé son souhait de reprendre les rênes de la commune. Pour se mettre en conformité avec le principe de non cumul des mandats, il a indiqué à nos confrères du Parisien-Aujourd’hui en France qu’il remettra sa "démission le 19 août à la fin du prochain Conseil des ministres".

De ses 16 mois passés à la tête du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, on retiendra une loi, celle sur le dialogue social justement. Adopté jeudi 23 juillet par l’Assemblée, le texte prévoit une simplification des procédures de consultation des représentants du personnel, la création de commissions régionales pour les salariés des TPE et une multitude de petites mesures. La loi Rebsamen devrait d’ailleurs rapidement être promulguée. Le Conseil constitutionnel devant donner son avis à son sujet ce jeudi13 août. "Les décrets d'application sortiront très rapidement, comme le veut le président de la République", a affirmé le futur ex-ministre.

François Rebsamen s’est également illustré par quelques saillies verbales et autres déclarations jugées malheureuses ou inopportunes par certains de sa majorité. Notamment sur le contrôle des chômeurs, soulevant l'indignation des syndicats de salariés ou encore l’égalité hommes-femmes lors des débats relatifs à la loi sur le dialogue social.

A 64 ans, François Rebsamen doit revenir à la tête de la ville qu’il a administrée pendant 13 ans, si le conseil municipal valide sa candidature.

Aurélie M'Bida

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS