France Telecom s’allie à Publicis pour développer l’économie numérique

L’opérateur téléphonique et le groupe publicitaire annoncent le 7 novembre la création d’un fonds commun d’investissement doté d’une enveloppe de 150 millions d’euros.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

France Telecom s’allie à Publicis pour développer l’économie numérique

D’autres investisseurs devraient rejoindre les deux groupes, qui participent à parts égales, pour atteindre à terme une dotation de 300 millions d’euros.

"On estime qu'on pourra lever au moins le double en trouvant des partenaires, et avec 15%, en moyenne, de prise de participation dans des sociétés, cela représente un impact possible de deux milliards d'euros sur le tissu économique", assure Stéphane Richard, patron de France Telecom.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le fonds bénéficiera essentiellement aux entreprises axées sur les technologies, les services et contenus numériques ainsi que les technologies et infrastructures associées.

Les opérations du fonds, qui n'a pas encore de nom, débuteront lors du premier semestre 2012 et sont prévues pour une durée de 10 ans, éventuellement prolongeable.

"Depuis trop longtemps, le capital investissement français souffre de l'absence d'un écosystème robuste associant jeunes entreprises en devenir, grands groupes, centres de recherche et mécanismes publics", souligne Stéphane Richard, PDG de France Télécom.

Le fonds aura pour vocation à prendre des participations minoritaires de 15 à 30% du capital. Les tickets d'investissements seront différents selon les phases et la maturité des projets : 500.000 euros au moins pour les projets en recherche de financement, de 0,5 à deux millions d'euros pour les sociétés en lancement et de 2 à 20 millions d'euros pour les sociétés en phase de croissance.

C’est un comité d’investissement indépendant des deux groupes qui aura en charge de prendre les décisions d’investissement.

Reste que Stéphane Richard s'est montré prudent sur les retours sur investissements attendus. Il indique qu'au minimum l'idée est que le fonds s'autoalimente, et "si les plus values sont très grosses on en prendra peut-être un peu !".

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS