Fives-Michelin veut prendre 20 % du marché mondial de l'impression 3D métallique

La société commune de Fives et Michelin a dévoilé ses ambitions au salon Advanced Manufacturing Meetings de Clermont-Ferrand. Le nouveau spécialiste de l'impression 3D métallique, dont les premières machines seront livrées fin 2016, compte sur 20 % de parts de marché d'ici à 10 ans.

Partager
Fives-Michelin veut prendre 20 % du marché mondial de l'impression 3D métallique

Fives Michelin Additive solutions compte conquérir le marché de l'impression 3D métallique à grande vitesse. En automne 2015, le fabricant de pneumatiques auvergnat et l'ingénieriste créaient une société commune. Présente sur le salon Advanced Manufacturing Meetings de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), du 30 mai au 2 juin, la joint-venture a annoncé la livraison de ses premières imprimantes pour fin 2016-début 2017.

Les machines sont en production dans les sites Fives de Saint-Céré (Lot) et Cincinnati aux Etats-Unis. Le site de CapdeNac (Lot) sera également sollicité si besoin de plus de capacité. "Nous avons déjà reçu plusieurs précommandes", se félicite Vincent Ferreiro, directeur commercial de Fives Michelin Additive Solutions et directeur partenariats pour Michelin. Le secteur de l'énergie serait particulièrement intéressé. En plus des imprimantes, FMAS concevra et fabriquera des pièces métalliques, et proposera un service de formation et de SAV pour ses machines. Le tout vendu sous la marque "AddUp".

Industrialiser l'impression 3D

Les imprimantes 3D proposées par la joint-venture fabriquent des pièces par couches de poudre métallique mises en fusion par un laser. Une technologie déjà existante qui permet d'obtenir des pièces plus complexes qu'en usinage. Mais contrairement aux machines présentes sur le marché, FMAS affirme que ses imprimantes sont plus robustes. Elles peuvent fabriquer des pièces très fines jusqu'à 2/10ème de millimètre d'épaisseur. Et surtout elles peuvent en produire beaucoup, avec les mêmes caractéristiques. "Notre souhait est de sortir l'impression 3D du simple prototypage, explique Vincent Ferreiro. Nos machines sont conçues pour fonctionner 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, sans opération de maintenance."

Lire aussi: l'interview de Jean-Camille Uring de Fives

La technologie a été développée en secret chez Michelin depuis une dizaine d'années, puis a été améliorée par Fives. Le pneumaticien l'utilise pour produire ses pneus CrossClimate et Premier. Certaines petites pièces des moules, celles qui forment les sillons des pneus, sont imprimées en 3D. "Nous avons produit un million de pièces", affirme Vincent Ferreiro. Toutefois, l'industriel avoue ne pas encore être parvenu au stade de la production de masse.

Doubler les effectifs

Michelin n'a pas peur de vendre sa technologie à d'autres industriels, voir à ses concurrents directs. Mais il espère bien conserver sa longueur d'avance. "Nous prévoyons le coup d'après", assure Vincent Ferreiro. Dans trois mois, Fives Michelin Additive Solutions devrait commencer à produire des machines capables de fabriquer des pièces plus grandes.

Pour accélérer la croissance de leur joint-venture, Fives et Michelin ne lésinent pas sur les moyens. Un premier programme de 25 millions d'euros a été engagé depuis 2015. "Et nous n'hésiterons pas à investir davantage", avance Vincent Ferreiro. Un plan de recrutement est en cours. FMAS compte embaucher 30 personnes supplémentaires dans les 18 prochains mois, et ainsi doubler ses effectifs. La joint-venture espère obtenir 20% de parts de marché d'ici à dix ans. Son ambition : devenir le leader mondial de la fabrication additive, elle prévoit même d'installer un site en Asie.

Fives Michelin Additive Solutions n'est pas le seul industriel à s'intéresser au marché de l'impression 3D métallique. En février, Siemens a annoncé un investissement de plus de 20 millions d'euros pour développer cette technologie. Thales imprimera des pièces pour satellites à Casablanca d'ici à 2018, et General Electric imprime en 3D son turboréacteur.

Marine Protais

FMAS veut séduire les PME
Fives Michelin Additive Solutions ouvrira une plate-forme technologique en octobre 2016. Sorte de showroom de 2 000 mètres carrés où les petites entreprises pourront essayer gratuitement, pour de petites séries de dix pièces, les machines de FMAS. "Nous avons besoin de leur montrer que la technologie marche", argumente Vincent Ferreiro. Une PME ne fera pas l'investissement d'acheter nos machines sans savoir ce qu'elle peut faire avec." La région Auvergne-Rhône-Alpes a investi 3,2 millions d'euros dans cette plate-forme. Un investissement dont bénéficient FMAS, mais aussi Aubert et Duval qui y présentera ses poudres métalliques pour fabrication additive.

 

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEMBENI

Réalisation des travaux de densification (réhabilitation et extension ) et création d'un réfectoire du groupe scolaire en T22.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS