Faire de l’emploi la seule priorité

Pascal Gateaud

Publié le

Après Manuel Valls, qui prévoit des annonces en janvier sur l’emploi, Jean-Pierre Raffarin s’est prononcé pour un "pacte républicain contre le chômage".

Faire de l’emploi la seule priorité © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Et si cela était, enfin, le début d’une vraie mobilisation contre le chômage? Au lendemain du deuxième tour des élections régionales, qui a vu le Front national battre son record de voix, Manuel Valls a promis de faire des annonces sur l’emploi courant janvier. Sans attendre, Jean-Pierre Raffarin s’est prononcé, deux jours plus tard, pour un "pacte républicain contre le chômage". Entretemps, Pierre Gattaz avait, lui, réclamé au gouvernement, un "état d’urgence sur l’emploi", afin qu’il fasse preuve d’une mobilisation égale à celle déployée en matière de sécurité après les attentats de Paris.

Le gouvernement travaille sur de nouvelles mesures concernant la formation des chômeurs et l’apprentissage. Il lui faudra négocier avec les nouveaux exécutifs régionaux, la formation professionnelle étant une compétence régionale. Faut-il rappeler que la Conférence sociale, en octobre, a, d’ores et déjà, arrêté un plan de formation à destination de 150 000 chômeurs ? Il est plus que jamais nécessaire de former les chômeurs et les travailleurs peu qualifiés, grands oubliés de la formation professionnelle, de les mettre en situation d’activité avant de les orienter vers les métiers en tension, en fonction des besoins des territoires.

L'apprentissage ne se décrète pas

Pour ce qui est de l’apprentissage, le gouvernement saura-t-il éviter le vœu pieu ? Après avoir rétabli les aides qu’il avait supprimées, il ne peut que constater que l’apprentissage ne se décrète pas. Ce sont les entreprises qui en sont le moteur. La poursuite de la baisse des contrats de formation en alternance doit beaucoup à la mauvaise santé du bâtiment et des travaux publics, le secteur étant à l’origine de 20 % des contrats en alternance. Pour l’instant, les collectivités locales, confrontées à une baisse des dotations de l’Etat, gardent le pied sur le frein de l’investissement local...

Le gouvernement prendra-t-il la peine d’écouter Pierre Gattaz et le Medef, qui proposent que les entreprises dispensent des formations aux chômeurs à condition que l’Etat assure une prise en charge partielle de leurs salaires ? Autre mesure réclamée par le Medef, une exonération totale des charges sur les bas salaires pendant les deux années qui suivent l’embauche, jusqu’à 1,3/1,5 smic. On peut en attendre une baisse rapide du chômage. L’économiste Pierre Cahuc a calculé que la suppression des charges sociales sur tous les salaires jusqu’à 1,6 smic pourrait déboucher sur la création de 800 000 emplois…

Quel qu’en soit le coût, cela mériterait d’être expérimenté.

Pascal Gateaud
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte