L'Usine Nouvelle

PME-ETI

ETI : 6 idées pour faire émerger davantage de champions "made in France"

, , ,

Publié le , mis à jour le 21/05/2015 À 15H19

Les ETI sont un enjeu clé pour l’économie française. Beaucoup moins nombreuses que dans d’autres pays européens comme l’Allemagne ou l’Italie, le potentiel d’export de la France s’en trouve amoindrit. Selon le directeur général de KPMG, Jacky Lintignat, le phénomène explique aussi "une partie du chômage structurel de la France". Pourtant les idées ne manquent pas pour faire grandir les PME. Experts, décideurs et autres acteurs de l'industrie exposent à L'Usine Nouvelle leurs recettes. Revue des propositions.

ETI : 6 idées pour faire émerger davantage de champions made in France

1. Revoir la fiscalité du patrimoine

Alexandre Montay, délégué général du METI (Mouvement des Entreprises de Taille Intermédiaire, ex-Asmep-ETI)

"Vouloir favoriser les ETI cela passe d’abord par la création d’un écosystème des affaires aligné sur la moyenne européenne. C'est bien de la part des pouvoirs publics de se soucier du développement des ETI et de mettre en place via Bpifrance, par exemple, des fonds en capital, mais il ne faut pas oublier qu’un cadre fiscal et social reste la clé du développement des entreprises. Avec le CICE et le Pacte de responsabilité, la situation s’améliore un peu depuis 18 mois, mais le différentiel avec les pays voisins reste encore considérable. La fiscalité très forte sur la production, n’est pas de nature à encourager le développement de filières d’avenir ou booster l’automatisation. Enfin, il faut aussi privilégier l’actionnariat de long terme et pour cela revoir la fiscalité du patrimoine, ISF et transmission, qui sont destructeurs de notre tissu d’entreprises malgré l’aménagement Dutreil."

2. Engager un vrai choc de simplification

Jérôme Frantz, président de la Fédération des industries mécaniques (FIM)

"L’Etat doit vraiment prendre la mesure des contraintes fiscales et sociales additionnelles quand une entreprise dépasse 250 salariés, je l'ai vécu dans ma société. Cet effet de seuil agit tel un repoussoir à la croissance pour bien des dirigeants de PME. Le nombre de contraintes liées aux IRP sont énormes et beaucoup sont redondantes. Commençons vraiment à simplifier la vie des PME. Pour la FIM, un des enjeux clé est aussi celui des "impôts de production" qui obèrent la compétitivité des PME et donc leur propension à se muer en ETI. Le différentiel est de 4 à 8% de la valeur ajoutée par comparaison avec l’Allemagne. Plus globalement le sujet principal reste la compétitivité du modèle économique et social français.L’idée d’aider à la structuration de filières notamment via l’action des grands donneurs d’ordre est assez bonne, mais il faut soutenir aussi des acteurs régionaux. Ce qui s’est passé par exemple dans la Vallée de l’Arve, avec le concours du FMEA, est assez remarquable."

La difficulté se situe souvent au niveau des fonds propres pour les rapprochements. "Les banquiers ne financent plus assez l’économie réelle. Les organisations professionnelles peuvent agir ainsi avec d’autres fédérations telles que la FIEEC ou l’UIMM. Nous avons d’ailleurs créé une Caisse centrale de garantie et c’est plutôt un succès. J’ajoute enfin que les donneurs d’ordre ont une grande responsabilité pour aider à structurer les filières.

3. Savoir partager le pouvoir et le capital

 Jacky Lintignat, directeur général de KPMG France

"A côté des contraintes propres au modèle français, j’observe que trop peu de PME veulent s'engager dans des logiques de croissance en raison, non des contraintes mais d'une frilosité de leurs dirigeants à partager le pouvoir et le capital. Il y a une évolution culturelle à faire de ce côté.  Par ailleurs, l'instabilité des règles fiscales et sociales est un des maux français. Cela n’incite pas les dirigeants de PME à se projeter dans l'avenir pour se muer en ETI. Les pouvoirs publics pourraient prendre des engagements de stabilité sur plusieurs années, ce serait un signal très fort et efficient selon moi."

4. Aider aux acquisitions à l’international

Eric Poyeton, directeur général de la Plateforme automobile

"Les ETI c’est un sujet qui parle à la filière automobile qui a besoin d’une supply-chain efficiente. Son futur passe par des ETI plus nombreuses et surtout plus fortes, dans la classe des 250 millions de chiffre d'affaires. Le souci n’est pas une question de nombre d’entreprises mais souvent de taille. Il faut en particulier accompagner leur développement international, ce qui passe notamment par des acquisitions. C'est une des priorités du plan d'action 2015 de la Plateforme automobile et pour cela une petite équipe d'experts, dont des jeunes retraités très impliqués, va bientôt soutenir les chefs entreprises dans cette réflexion. Un autre moyen de renforcer nos ETI est de parvenir à faire travailler ensemble les rangs 2 et 3, sur la thématique d’innovation via des groupements technologiques sur le territoire, les Pôles par exemple ou les ARIA. Le sujet 'Véhicule du Futur' accélère cette réflexion, 60 PME ont déposé un dossier pour y participer on en attendait moitié moins."

5. S’engager dans l’innovation collaborative

Jean-Luc Beylat, Président de l’Association Française des Pôles de Compétitivité

"Pour croître, se muer en ETI, les PME doivent compter sur l’innovation, en privilégiant le mode collaboratif avec des entreprises de leur taille ou des grands groupes qui sont de plus en plus à l’affût de leurs idées. Des initiatives comme le Pass French Tech, auquel les pôles de compétitivité sont fortement associés y contribuent. La puissance des écosystèmes que constituent les pôles de compétitivité est qu'ils permettent aux entreprises de bien se reconfigurer sur les enjeux d’avenir qui sont par définition les axes de leur travaux de R&D. J’ai en tête des réussites magnifiques dans le secteur des TIC ou de la santé. Mais il est vrai qu’en France, si la création d’entreprise est dynamique, on a du mal à faire grossir les entreprises vite, en dépit de contre-exemples éclatants comme OVH, Sigfox ou Criteo. En définitive, j’observe aussi qu’en général les regroupements restent trop rares du fait des réticences des chefs d’entreprise à céder le pouvoir. Les mentalités doivent évoluer et s’inspirer du modèle américain ou israélien. A cela s’ajoutent les faiblesses françaises en matière de capital développement d’origine purement privé. Des pistes sont lancées comme le PEA PME ETI ou certaines dispositions de la loi Macron, mais il faut orienter encore davantage l’épargne vers les entreprises."

6. Résoudre les PME à se rapprocher

Olivier Durteste, Animateur du Pôle Mécanique en Nord Pas-de-Calais, en charge d’Acamas (programme de diagnostic des industries mécaniques voué aux PME)

"Les donneurs d’ordre réduisent leur panel et les lots deviennent de plus en plus importants. Les ETI de demain naîtront d'une prise de conscience, pas encore bien assimilée, du sujet de la taille critique par davantage de dirigeants de PME. Car sur le terrain les fusions restent un sujet délicat. Des expériences d’alliances, par exemple de production, sans échange de capital peuvent être un moyen de s’affranchir de cette problématique. Pour grossir, les PME de la sous-traitance doivent aussi partir en quête de valeur ajoutée en montant en gamme ou en proposant des 'solutions complète' à leurs clients. C’est assez bien assimilé dans l’automobile mais cela pourrait l’être d’avantage dans le ferroviaire ou le nucléaire."

Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte