Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Engie monte enfin à bord d'Energy Observer

Aurélie Barbaux , ,

Publié le , mis à jour le 27/03/2018 À 08H47

Engie est enfin partenaire principal du navire laboratoire français propulsé à 100 % aux énergies renouvelables et à l’hydrogène qui appareille le 28 mars pour un tour du monde de trois ans, en commençant par un tour de la Mediterranée.

Engie monte enfin à bord d'Energy Observer
Energy Observer part le 28 mars, du port de Marseille pour son tour d’Europe.
© Energy Observer

C’était pourtant une évidence qu’Engie soit sponsor d’Energy Observer, ce catamaran laboratoire français qui navigue aux énergies solaire, éolienne et hydrogène en toute autonomie. Pourtant, lors de son départ de Saint-Malo fin juin 2017, Engie n’était pas là. Lors de son baptême à Paris le 6 juillet par Nicolas Hulot et Florence Lambert, directrice du CEA-Liten, non plus. Sur sa coque, pour son tour de France, Energy Observer n’arborait que le nom de ses trois principaux sponsors Accor, Thélem Assurances et Délanchy. Mais le 28 mars, au départ du port de Marseille pour son tour d’Europe, Energy Observer aura enfin le soutien du groupe énergétique français, qui a fait des énergies décarbonnées sont nouveau mantra, et ce pour trois ans.

Un partenariat long à monter

Pourtant, Victorien Erussard, le capitaine du bateau et porteur du projet depuis le début, avait présenté son système énergétique embarqué à base d’énergies renouvelables et d’hydrogène produite à bord à partir d’eau de mer à Engie dès octobre 2016. "Energy Observer, c’était l’épiphanie absolue. Ce projet sportif et énergétique nous a tout de suite intéressé car c’est la démonstration d’un système cohérent et piloté de manière centrale qui donne la capacité à ce bateau de se mouvoir et à subvenir à ses besoins énergétiques de manière permanente", observe Thierry Lepercq, directeur général adjoint en charge de la recherche & technologie et de l'innovation chez Engie. Selon lui cette vision fait écho à celle d’Engie d’un monde énergétique "en 3D" - décarbonnée, décentralisée et digitalisé.

Mais l’évidence qu’Energy Observer est une démonstration flottante du système énergétique, construit en partie avec des technologies du CEA, qu’Engie imagine pour le monde de demain, a mis du temps à se transformer en un investissement de trois ans pour accompagner le bateau dans son périple autour du monde. "C’était évident, mais on a dû prendre le temps de partager l’évidence", reconnaît Thierry Lepercq.

Le système énergétique de demain

L’important pour Engie maintenant, c’est de participer, grâce à ce bateau, à la présentation de ce système énergétique intégré, autonome et 100 % renouvelable qui peut, bien sûr propulser un bateau, mais aussi demain, permettre l’alimentation d’un bâtiment, d'une école, d'un quartier. "La particularité de cette aventure c’est d’être itinérante, d’abord en Europe et dans le reste du monde. Elle permet d’engager un dialogue avec les territoires accostés", explique le directeur innovation d’Engie. Car le groupe en est persuadé, le système d’Energy Observer pourra être industrialisé. "Il préfigure le système énergétique de demain, qui mixera éolien, solaire, batteries et hydrogène", résume Thierry Lepercq. Reste à investir pour passer à l’échelle industrielle.

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • CEA à PARIS (75015)

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle