Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[En vidéos] Où en sont les projets de taxis volants ?

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le

Vidéo Les projets de taxis volants, ces aéronefs à décollages et atterrissages verticaux (VTOL), électriques, autonomes, se multiplient. Qu'ils soient au stade de concept ou en tests, L'Usine Nouvelle fait le point sur les six acteurs en pointe sur ce nouveau marché.

[En vidéos] Où en sont les projets de taxis volants ?
Ehang 184, un projet de taxi volant parmi de nombreux autres concepts.
© EHang - DR

Des plus grands constructeurs aéronautiques aux  start-up des transports, de nombreux acteurs planchent sur des voitures volantes, au, au delà, sur des services de transports à la demande capables de "survoler" les embouteillages. L'Usine Nouvelle fait le point sur les six acteurs les plus avancés dans cette bataille des taxis volants.

Uber multiplie les partenariats 

Le service de VTC Uber projette de se diversifier dans les voitures volantes via sa plateforme Uber Elevate. Pour ce faire, l’entreprise américaine a développé de nombreux partenariats avec différentes entreprises, des constructeurs et des villes. En 2017, Jeff Holden d’Uber avait annoncé au Web Summit de Lisbonne, un partenariat avec la NASA. La société envisage de tester les voitures volantes à Los Angeles en 2020. Le but est ainsi d’assurer un service VTC dans les airs.

Uber signe aussi un partenariat avec Bell. Le constructeur d’hélicoptères commerciaux et militaires a imaginé un appareilqui intègre du wifi, une recharge sans fil, de l'intelligence artificielle, un dispositif pour des vidéos conférences... Le taxi disposerait de quatre places assises. Bell était présent au SXSW 2018 et a fait visiter l’appareil en réalité virtuelle.

Uber Elevate a conclu un autre partenariat en avril 2017 avec Aurora Flight Sciences. Cette société rachetée par Boeing en novembre 2017, travaille sur un concept eVTOL (VTOL électrique). Le projet s’inspire de leur modèle d’avion XV-24A pour son décollage vertical et son système de propulsion électrique, de Centaur pour son system de guidage de vol autonome et d’AACUS pour son système d’évitement des collisions. "La mission d'Uber Elevate repose sur un faible bruit, une grande fiabilité et un faible coût", a déclaré John Langford, chef de la direction d'Aurora. "Nous avons déjà construit et piloté le premier avion prototype et nous sommes ravis de collaborer avec Uber pour accélérer l'initiative eVTOL". Leur objectif est de pouvoir disposer de 50 modèles à tester en 2020. D’autre partenariats ont aussi été établis avec Pipistrel Aircraft, Embraer et Mooney pour réflechir sur ces projets de VTOL.

Airbus s'est lancé sur plusieurs projets 

CityAirbus est un des projets de taxis volants développés par l'avionneur européen Airbus. Electrique et autonome, le véhicule décolle et atterrit verticalement et pourra transporter quatre passagers. Il a pour objectif de voler a 120 km/h de manière autonome. Le premier test est prévu pour la fin de l’année 2018 et le premier vol en zone urbaine en 2023, lorsque que toutes les certifications auront été obtenues. Airbus mène en parallèle un autre projet déjà bien avancé: Vahana, une voiture volante qui a réalisé son premier test le 31 janvier 2018. C’est aussi un VTOL électrique lancé en 2016 par A³, cellule d’Airbus dédiée à l’innovation. Vahana est une voiture volante autonome à huit rotors pour une seule place. Le démonstrateur industriel est prévu pour 2020.

En partenariat avec Audi et Italdesign, Airbus est sur un autre projet destiné à décongestionner la circulation urbaine : Pop.Up Next. Une voiture autonome et drone à passager à la fois. La particularité de ce véhicule est de pouvoir se déplacer sur terre et dans les airs. La cabine deux places peut s’attacher à un module volant ou roulant.  La version Pop.Up Next est une version plus légère à l’intérieur redésigné du modèle précédent, Pop.Up. Les deux modèles ont été présentés au salon de Genève 2017 puis 2018.

Ehang fait (déjà) voler des passagers

Ehang, une start-up chinoise créée en 2014, spécialisée dans la technologie de véhicules aériens intelligents a développé un projet de taxi volant : Ehang 184. L'entreprise met en avant l’aspect sécuritaire de son véhicule : "si le système d’alimentation fonctionne de manière anormale, le véhicule peut toujours exécuter un plan de vol normal et assurer la sécurité du passager avec le véhicule." Ehang assure que l’appareil peut atterrir dans la zone la plus proche en cas de problème. Ehang peut voler de manière autonome d’un point à un autre pendant 25 minutes à 100 km/h mais ne supporte qu’un poids de 100 kg, soit une personne et ses bagages. Comme un pied de nez à ses concurrents, Ehang a fait voler un appareil avec des humains à  bord en environnement urbain début 2018

Volcopter 2X, le plus silencieux 

La société allemande Volocopter a conçu X2, un VTOL impressionnant par la structure de ses dix-huit rotors. Les ingénieurs allemands ont travaillé sur un modèle particulièrement silencieux et facile à conduire à l’aide d’un joystick. "Un Volocopter 2X à moins de 75 mètres de distance est aussi silencieux que le plus petit hélicoptère à moins de 500 mètres", explique l’entreprise. L’appareil électrique est autonome. Il est le premier à avoir reçu une certification pour des vols habités, dès 2016. L’entreprise a annoncé le premier vol test avec un passager à bord, son PDG, Brian Krzanich, lors du CES en janvier 2018. Un premier vol sans passager avait été effectué à Dubai début 2017.

Kitty Hawk, né aux Etats-Unis, vole... en Nouvelle-Zélande

Révélé en Nouvelle-Zélande, Cora est le taxi volant de l’entreprise Kitty Hawk. Le constructeur aéronautique basé en Californie est dirigé par Sebastian Thrun, un ancien du laboratoire Google X. Fred Reid, responsable de l'opérateur présent en Nouvelle-Zélande, a, lui, été CEO de Virgin América, Delta Air Lines et Lufthansa Airlines. Leurs équipes travaillent sur Cora,  VTOL électrique qui peut aller à plus de 150 km/h sur 100 Km. Il est autopiloté, le passager n’a donc pas besoin d’un permis avion. Les tests ont commencé depuis octobre 2017.

eVTOL, le Taxi-Jet Made in germany

L'entreprise Lilium créée par quatre étudiants de l’Université technique de Munich est déjà bien avancée dans son projet de taxi volant. L’eVTOL est construit avec des petits moteurs électriques sur les ailes qui peuvent s’incliner à la verticale ou l’horizontale selon le sens de la conduite. Cela lui permet de décoller verticalement comme un hélicoptère mais aussi de voler horizontalement comme un avion. Ces moteurs "fonctionnent comme des turboréacteurs à double flux dans un avion de ligne régulier", mais sont entrainés par des moteurs électriques. L’appareil cinq places a des caractéristiques très développées : il peut voler à quelques 300km/h, sur une distance maximale de 300 km. Il n’émet pas d’émissions de CO2 et reste très silencieux. On peut le commander par une application sur l’aire d’atterrissage la plus proche. Lilium Jet a réussi ses premiers tests en avril 2017 en Allemagne. L’entreprise est désormais en phase de développement après avoir réalisé une levée de fond de 90 millions de dollars.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/03/2018 - 10h31 -

Comme nous somme sur un site sérieux et industriel, il convient de réfléchir sérieusement et industriellement. Electrifier un engin volant est-il possible compte-tenu des spécificités d'un moteur électrique+batterie, et d'un moteur thermique+réservoir. Faisons le calcul d'électrification d'un engin proche de ces projets : l'hélico Robinson R22. Pour garder les caractéristiques de l'appareil (2h10 d'autonomie, et deux passagers de 90 kg au max), la masse max autorisée au décollage (635 kg en thermique, pour 2h10 + 2x90 kg) est dépassée de 885 kg, étant donnée la densité énergétique des batteries actuelles (160 Wh/kg). Pour pouvoir décoller, la densité énergétique devrait être multipliée par 6.75 (à 1080 Wh/kg), sachant que le Li-ion a fait x2 en 25 ans ... C'est pas gagné les taxis volants électriques. En revanche ça marche très bien comme pompe à subventions, et à investisseurs gogos.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle