[En video] Plus léger que l'air, l'avion Phoenix vole grâce à une propulsion à flottabilité variable

Il se meut comme un poisson dans l'eau, mais Phoenix a tout d'un oiseau. L'avion-ballon a été conçu par une université du Royaume-Uni pour tester une nouvelle manière de se déplacer : la propulsion à flottabilité variable. 

Partager

[En video] Plus léger que l'air, l'avion Phoenix vole grâce à une propulsion à flottabilité variable
L'avion Phoenix mesure 15 mètres de long sur 10,5 mètres d'envergure.

Phoenix n’est pas un dirigeable mais bien un avion. Des chercheurs de l’University of the Highlands and Islands (UHI) ont réalisé le vol test du "tout premier avion de grande envergure volant grâce à une propulsion à flottabilité variable" avec succès, publie l'université le 23 avril 2019. Phoenix a volé sur 120 mètres lors d’un essai en intérieur réalisé en mars 2019 à Portsmouth, dans le sud de l’Angleterre.

"Le Phoenix passe la moitié de son temps à être plus lourd que l’air et l’autre moitié à être plus léger que l’air. La transition répétée entre ces états constitue l'unique source de propulsion", explique Andrew Rae, professeur d’ingénierie à UHI qui a dirigé la conception de l’avion. "Le fuselage du véhicule contient de l’hélium pour lui permettre de monter, ainsi qu’un sac gonflable qui inhale et comprime l’air pour permettre à l’engin de descendre. Ce mouvement propulse l'avion vers l'avant, soutenu par la libération de l'air comprimé par une ouverture arrière", continue-t-il d’expliquer.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un appareil autonome

L’énergie nécessaire aux pompes et vannes est fournie par les panneaux solaires situés sur les ailes et la queue. L’appareil est autonome. "Les véhicules qui utilisent sur cette technologie pourraient servir de plateforme à haute altitude et constitueraient une option beaucoup moins chère pour les activités de télécommunication", justifie le professeur. L’objectif est de faire voler l’engin à 20 000 mètres d’altitude.

Le prototype de l’avion mesure 15 mètres de long et 10,5 mètres d’envergure. L’équipe travaille depuis trois ans sur ce projet. Elle est soutenue en partie par l’aide financière de l’agence d’innovation du Royaume-Uni : Innovative UK. Quatre autres universités britanniques participent au projet ainsi que d’autres partenaires industriels comme Banks Sails (matériel de fuselage), Stirling Dynamics (systèmes de contrôle) et TCS Micropumps (pompes et valves).

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS