"En un an, le marché automobile chinois progresse d'une part aussi importante que l'intégralité du marché français", explique Bertrand Rakoto

Pour Bertrand Rakoto, consultant et fondateur du cabinet D3 Intelligence, la Chine reste un marché plus qu’attractif pour l'industrie automobile, avec de la place pour de nouveaux acteurs, même si sa croissance se stabilise.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Usine Nouvelle - La Chine est-elle toujours un eldorado pour l'auto ?

Bertrand Rakoto - C’est toujours un marché très dynamique. Cette année, les prévisions atteignent 25 millions de véhicules vendus, contre 23 millions l’année dernière. En un an, le marché chinois progresse de l’équivalent du marché français, soit 2 millions de voitures.

La Chine est donc le seul BRIC en bonne santé ?

Le Brésil connait une crise économique, la Russie une crise géopolitique. Quant à l’Inde, c'est un marché qui ne semble pas vouloir décoller au rythme espéré. Les Indiens restent attachés aux deux-roues, les infrastructures ne sont pas à la hauteur, et surtout la voiture n’a pas autant cette fonction de vecteur de statut social qu’elle peut avoir en Chine par exemple. Cependant, la croissance chinoise ralentit, ce n’est plus la croissance très forte enregistrée dans les années 2000.

Le marché chinois ne serait plus un marché de primo-accédants ?

Si, dans des régions plus rurales ou dans les petites villes, la voiture contribue à la croissance sociale des individus. Mais à Pékin ou Shanghai, un numerus clausus et un tirage au sort ont été mis en place pour avoir des plaques et donc circuler, car ces villes sont saturées.

Quels constructeurs profitent le plus de cette manne ?

General Motors et Volkswagen sont les leaders. Pour l’instant, les efforts du gouvernement chinois pour lancer des marques 100% locales ne semblent pas réellement menacer les grands groupes mondiaux. Ces derniers réfléchissent cependant à lancer une marque chinoise dans leur coentreprise avec un partenaire local, pour bénéficier des aides mises en place par les autorités pour le développement de marques domestiques.

Comment s’en sortent les Français ?

Ce sera dur pour Renault qui se lance seulement maintenant avec une production locale. Leur usine monte en cadence, ils doivent se faire connaitre et surtout développer le réseau. Il y a donc beaucoup de travail. PSA doit également poursuivre ses efforts, car malgré leurs bonnes performances actuelles, la Chine a longtemps été oubliée de leur stratégie. DS peut par exemple beaucoup progresser, PSA ne commercialise pas de grandes berlines. Mais DongFeng est un atout.

Quels modèles marchent bien en Chine ?

Le crossover semble être le modèle-phare du Salon de Shanghai : Citroën y présente par exemple son concept AirCross, Mercedes le GLC. C’est une tendance assez forte. Renault avec le Kadjar, qui sera produit également en Chine, joue une carte intéressante.

Des constructeurs sont-ils absents de Chine ?

Il n’y a pas vraiment de perdants sur un marché avec une telle croissance. Fiat est peut-être le seul constructeur à ne pas exploiter le potentiel de ce marché. Et si la Chine fait partie de la stratégie de Sergio Marchionne, elle est loin d’être une priorité.

Propos recueillis par Pauline Ducamp

0 Commentaire

"En un an, le marché automobile chinois progresse d'une part aussi importante que l'intégralité du marché français", explique Bertrand Rakoto

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS