Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[En images] Treize projets qui ouvrent le débat sur la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Sybille Aoudjhane , ,

Publié le , mis à jour le 15/05/2019 À 11H19

Images L'Assemblée Nationale a débattu vendredi 10 mai d'une loi pour encadrer la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Certains cabinets d’architecture ont déjà proposé des projets de reconstruction du bâtiment. L’Usine Nouvelle en a sélectionné treize. 

[En images] Treize projets qui ouvrent le débat sur la reconstruction de Notre-Dame de Paris
Plusieurs pistes de réflexion ont été lancées par des architectes pour reconstruire Notre-Dame de Paris.
© Studio NAB

Depuis l’annonce d’un concours de reconstruction de Notre-Dame de Paris par le Premier ministre Edouard Philippe, le 17 avril 2019, la question reste en suspens : faut-il reconstruire à l’identique ou proposer un projet de rénovation moderne ? La réponse n'est pas tranchée mais les députés de l'Assemblée Nationale débattent d'un projet de loi pour donner un cadre légal à la restauration. Une première séance publique a eu lieu vendredi 10 mai au matin.

L’Usine Nouvelle a sélectionné treize projets, qui ne sont pas encore des propositions officielles mais des pistes de réflexions destinées à ouvrir le débat.

La flèche de verre

Alexandre Chassang du cabinet d’architecture ABH Architectes a dévoilé ses premières esquisses pour remplacer le toit de Notre-Dame. La flèche de verre est particulièrement présente et contraste avec les pierres de la Cathédrale. "Nous pouvons amener de la modernité, nous pouvons représenter notre culture actuelle sur ce patrimoine qui n’est pas figé", commente l’architecte sur TF1. Comme il le précise sur Twitter : "nous n’allons pas reconstruire aujourd’hui par mimétisme l’image du passé. Ce serait comme exposer une copie de la Joconde au Louvre. Profitons de ce moment pour ouvrir le débat sur l’action à mener. L’architecture doit représenter notre époque".

Un jardin suspendu

Crédits photos : Studio NAB 

Le studio NAB et l’architecte Nicolas Abdelkader ont présenté leur vision pour rénover les toits de la cathédrale : une serre en hauteur, tel un havre de paix au sommet de Paris. Une construction qui rappelle la toiture en bois, surnommée La Forêt. Le studio ne concourt pas officiellement mais tente de "susciter le débat citoyen" autour de cette reconstruction, précise Nicolas Abdelkader. "J’espère que la construction sera réalisée de manière citoyenne", ajoute-il. La mise en place d'une serre pourra, par exemple, permettre de soutenir "la réinsertion professionnelle par l'apprentissage de l'agriculture urbaine, l'horticulture et la permaculture". La nouvelle flèche pourrait aussi devenir rucher pour abriter les abeilles de Notre-Dame. 

Une balade sur les toits

Le cabinet dijonnais Godart + Roussel a une vision moins complexe de la flèche. Celle-ci surplombe une toiture en verre destinée à abriter une zone de ballade avec vue sur tout Paris. C’est avec un texte mélancolique que le cabinet accompagne les photos de son projet sur Instagram, sans donner plus de détails sur la réalisation du projet. Ils posent la question : serions-nous vraiment satisfait d’une reconstruction à l’identique, ne laissant aucune marque de cet événement ?

Le faisceau lumineux

Anthony Séjourné, graphiste indépendant, participe aussi d’une plus simple manière : la flèche sera remplacée par un faisceau lumineux. "La reconstruction de la flèche en spots lumineux, avec une lumière centrale qui traverse le ciel", indique-t-il sur Twitter.

Toujours du verre

Edouard Philippe a bien dit un concours international. Selon The Times, le cabinet britanique Foster + Partners a proposé une flèche de remplacement en verre et acier qui sera "légère et aérée". 

Un ciel brillant

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Massimiliano e Doriana Fuksas (@fuksas_architects) le

Si la proposition de toiture est en verre, le studio italien Fuksas propose de la faire "comme du cristal de Baccarat". "Le projet de la flèche consiste en une sorte de très haut pinacle fait comme un cristal de Baccarat, qui, comme le toit, peut être éclairé la nuit et baigné de lumière", expliquent les architectes. Pour eux, ce projet est une solution pour établir un "dialogue" avec "la présence de l’ancien".

Remplacer la flèche par le feu 

 

 

Avec Mathieu Lehanneur, il n'est plus question d'ancien ou de moderne, il est question de figer le temps. "Alors faisons une nouvelle [flèche] dans l'état où elle était...il y a huit jours", suggère-t-il sur Instagram. Une manière de saisir l'éphémère selon le designer français. 

Lier ciel et Terre 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Vizum Atelier (@vizumatelier) le

 

Le studio slovaque Vizum Atelier propose une structure particulièrement légère. La flèche serait un véritable pic blanc, qui projette un faisceau lumineux. "À l'époque gothique, les constructeurs essayaient d'atteindre le ciel. Maintenant, il est possible d'y arriver", affirment les architectes. 

Tout recouvrir de vitraux 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Alexandre Fantozzi (@alexandre_fantozzi) le

 

Certainement la proposition la plus religieuse. L'artiste Alexandre Fantozzi du studio brésilien Aj6 voudrait recréer une toiture et une flèche en vitraux. "Ce qu'il y a de plus beau" au sein de la cathédrale juge-t-il. Un effet grandiose assuré lorsque tous les vitraux seront éclairés la nuit. Cette lumière est le symbole de la connexion entre le ciel et la Terre, explique le designer sur Instagram. Il précise ainsi sa pensée : ce n'est pas une refonte du design de Notre-Dame mais bien une restauration. 

Du verre mais aussi de la pierre 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Alexander Nerovnya (@alex_nerovnya) le

 

Le moderne et l'ancien se complètent au sein même de la structure proposée par l'architecte russe Alexander Nerovnya. Si la toiture est en verre, la flèche est particulièrement proche du modèle de Viollet-le-Duc. "Quand les personnes viendront voir la cathédrale, ils ressentiront un lien puissant avec l’histoire en voyant ensemble l’ancien et le moderne", explique le créateur.

"Humble mais novateur" 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par DerooDavid (@deroodavid) le

 

C'est en ces termes que le designer français, David Deroo, décrit le projet espéré pour la reconstruction de Notre-Dame. Il accompagne sa vision d'une image de synthèse de la cathédrale avec une flèche proche de l'ancienne dans sa structure. La matière est cependant différente car le designer l'imagine d'un blanc immaculé.

Un projet écologique

 

 

 

 

"Nous cherchons à présenter un projet transcendant, symbole d'un avenir résilient et écologique, qui offre à la ville de Paris un ensemble de solutions inspirées du biomimétisme", explique l’architecte Vincent Callebaut lorsqu’il développe son projet. Il mêle poutres en bois avec des lattes en fibre de carbone et du verre. Grâce à des matériaux spécifiques, l’édifice produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. La structure du toit intègre totalement la présence de la flèche.

La piscine suédoise 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par ulfmejergrenarchitects (@ulfmejergrenarchitects) le

"Un nouvel espace public et méditatif offrant une vue incomparable sur Paris". Pour répondre à cet objectif, le cabinet d'architecture suédois Ulf Mejergren Architects a pensé à une immense piscine recouvrant tout le toit de Notre-Dame. "Nous pensons que la cathédrale est bien plus belle sans la flèche", ajoute-il. 

Réagir à cet article

9 commentaires

Nom profil

11/05/2019 - 00h08 -

L'enfer est pavé de bonnes intentions. Ces projets affreux sont enfermés dans les préjugés esthétiques de notre époque. Viollet le Duc avait voulu restituer au XIXe siècle l'harmonie stylistique et symbolique médiévale de la cathédrale qui avait été défigurée par les préjugés esthétiques et idéologiques du XVIIIe et du début du XIXe siècle quand Soufflot avait massacré le portail central et lorsque Napoléon 1er avait fait entièrement redécorer à l'antique l'intérieur pour son sacre... Doit-on faire à nouveau la même erreur esthétique et symbolique pour le sacre de Macronaparte 1er? Dans un récent sondage les Français ont fait savoir leur préférence d'une restauration à l'identique au moins par les aspects extérieurs: nous sommes aussi la génération qui a été incapable de préserver un chef d'oeuvre vieux de 850 ans qui avait su résister à trois révolutions et à deux guerres mondiales. Il faut enfin respecter la charte de Venise (1964) qui stipule la restitution du dernier état connu.
Répondre au commentaire
Nom profil

17/05/2019 - 09h01 -

"Viollet le Duc avait voulu restituer au XIXe siècle l'harmonie stylistique et symbolique médiévale de la cathédrale " Ce n'a pas été une grande réussite. Malgré tout son talent Viollet a fait plus de mal que de bien avec ses pastiches envahissants. En témoigne le décor intérieur de notre dame ou la restauration/rénovation de la basilique de Saint-Denis. D'ailleurs l'église neuve, œuvre de Viollet placée symboliquement face à la basilique, est lune des plus affreuses églises qu'il m'ait été donné de voir. En matière de préjugés, le xixe s. historiciste n'est vraiment pas en reste. Ses niais fantasmes sur le Moyen-Âge ont défiguré pas mal d'édifices en leur donnant l'allure d'un décor en carton pâte.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/05/2019 - 19h32 -

Je trouve que l'idée du jardin suspendu avec la structure en verre qui suit l'ancienne structure du bâtiment très interessante. On garde la trace de l'ancienne toiture en créant un nouveau lieu. Et ce n'est pas non respctueux du lieu de culte je pense. Après tout, il y a toujours eu des jardins dans les monastères, alors pourquoi pas dans une cathédrale ? L'idée des vitraux aussi est intéressante. Par contre les lumières... mais arrêtons avec les lumières ! On a déjà assez de pollution lumineuse comme ça bon sang ! Sans parler de l'énergie consommée ! Bref, pas contre l'idée de faire du moderne si c'est fait intelligement.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/05/2019 - 14h53 -

Franchement, ça fait peur ! N'oublions pas que ND de Paris n'a rien à voir avec les tours jumelles de NY. C'est avant tout une cathédrale, un lieu de prière, dont il faut respecter l'aspect.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/05/2019 - 23h52 -

C'est pourquoi l'idée du jardin est une très bonne idée, n'oublions pas qu'au delà d'un mouroir pour prier c'est aussi la maison de dieu et des croyants.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/05/2019 - 14h14 -

Bonjour, mais c'est quoi ces idées ?? S'ils veulent faire leur machin horribles en verre ou leur truc anti-écologique, qu'ils le fassent... mais ailleurs sur un bâtiment à architecture récente et pas en défigurant un monument historique.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/05/2019 - 12h20 -

La cathédrale était ce qu'il y avait de plus moderne à son époque. Pourquoi plagier le passé? Le feu est de toute façon un événement inscrit dans la mémoire de l'histoire et du bâtiment, pourquoi ne pas, à notre tour inscrire la reconstruction dans l'esprit de l'époque, plutôt que de singer?
Répondre au commentaire
Nom profil

10/05/2019 - 11h33 -

L'architecte doit travailler à satisfaire la collectivité avec quelque chose de fonctionnel et beau, et non pas à flatter son amour-propre avec un truc tape-à-l'oeil qui jure affreusement avec le sens, l'origine et le style des bâtiments qui l'entourent.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/04/2019 - 08h44 -

Et si, tout simplement, on demandait aux fidèles et à l'Eglise ce dont ils ont envie? Il s'agit aussi d'un lieu de prière et d'expression de la foi, non?
Répondre au commentaire
Nom profil

10/05/2019 - 13h11 -

comme elle a ete avant
Répondre au commentaire
Nom profil

28/04/2019 - 09h14 -

Excellents projets qui adaptent le monument à son époque. Laissons les chênes séculaires vivre leur vie en forêt et, à minima, utilisons une charpente en lamellé-collé de facture moderne. Pourquoi pas une couverture en tuiles solaires ? La lumière viendrait d'en haut, quoi de plus adapté.
Répondre au commentaire
Nom profil

27/04/2019 - 11h41 -

Chacun de ces projets me rend malade. Quelle est cette obsession du verre ? Il suffit de se rendre au Louvre pour voir le résultat. Ça jure au milieu de l'architecture. Ce que chacun de ces (cabinets d') architectes souhaite, c'est que son nom soit inscrit dans l'histoire. On parle de la flèche de Viollet-le-Duc, et ils souhaitent exactement la même chose : le toit de machin, la serre de bidule, le jardin de trucmuche... Notre-Dame-de-Paris avait une flèche au XIII ème siècle (démontée au XVIII ème siècle). Viollet-le-Duc a donc décidé de redonner une flèche à Notre-Dame-de-Paris lors de la restauration de cette dernière. Notre-Dame-de-Paris a été restaurée en s'inspirant de ce qui était fait à l'époque de sa construction. La Joconde ne serait pas restaurée en s'appuyant sur l'image de la femme d'aujourd'hui, ni sur des technique et représentation de peinture actuelle. Alors de même ! En France, certains sont capables de savoir-faire ancestraux, une belle leçon d'histoire pour nous.
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle