Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[En images] Le satellite Sentinel-6A bientôt prêt à mesurer le niveau des mers

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le

Images Le satellite Sentinel-6A va être couplé à son module de propulsion dans les locaux d'Airbus à Toulouse. Une étape décisive avant son lancement en 2020 pour le programme européen Copernicus. 

[En images] Le satellite Sentinel-6A bientôt prêt à mesurer le niveau des mers
Le satellite a été levé à cinq mètres de haut pour l'assemblage.
© Airbus 2018

Le satellite conçu pour mesurer le niveau de la mer Sentinel-6A vient de franchir une nouvelle étape, qui le rapproche de son lancement. L’équipe Airbus du programme pour l’environnement et la sécurité Copernicus est arrivée au stade "du couplage du module de propulsion avec la nacelle du satellite dans les locaux d’Airbus", à Toulouse, indique le communiqué du constructeur.

Le satellite doit être lancé en 2020 et un second sera envoyé en 2025 pour mesurer le niveau des océans, "un indicateur clé du changement climatique", explique Airbus. Sentinel-6A aura une durée de vie de sept ans et réalisera des cycles d’analyse de dix jours.

La délicate mission du couplage

Le constructeur précise que le couplage est une mission très délicate, alors que le satellite pèse 1,5 tonne. "Les spécialistes d’Airbus ont hissé la plateforme du satellite d’environ 5 mètres de haut avec une précision millimétrique au-dessus du module de propulsion" pour ensuite les assembler. Dans ce module, se trouvent les moteurs, systèmes de commande et un réservoir d’ergol de 240 litres.

Airbus a été doté de la maitrise d’œuvre du programme Copernicus, initié par la Commission Européenne et l’Agence spatiale européenne (ESA). "Un tel degré de précision dans l’observation des variations de hauteur de la surface des océans permettra de fournir des informations sur le niveau des mers, la vitesse et la direction des courants, ainsi que le stockage de chaleur dans l’océan", ajoute Airbus, qui précise que le niveau des mers augmente actuellement de trois millimètres par an.

Sentinel-6 © ESA

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle