Technos et Innovations

[En images] Bateaux volants, électriques, plus légers...Six innovations croisées au salon Nautic

, , ,

Publié le , mis à jour le 14/12/2017 À 10H09

Le salon nautique a ouvert ses portes il y a une semaine. Entre les mâts et les moteurs, certains bateaux attirent l’œil. Leurs points communs ? La recherche d’une innovation commercialisable au grand publique et le "produit en France". Retour en image sur un salon haut en innovations.   

[En images] Bateaux volants, électriques, plus légers...Six innovations croisées au salon Nautic
Le Seair
© Sebastien Veronese / SEAir

"Je veux vulgariser le foil, l’emmener au public", insiste Richard Forest, PDG de SeAir. L’ingénieur propose des foils, ces appendices situés sur la coque, pour bateaux à moteur permettant de voler à 20 centimètres au-dessus de la mer. Dès 15 nœuds, la coque se soulève, pour un confort maximal entre 20 et 25 nœuds : la vitesse augmente ainsi de 20%. "Mais ce n’est pas le but", précise Richard Forest,  "c’est surtout l’économie de consommation de 20% de carburants". Le PDG a d’ailleurs interdit la commercialisation de l’équipement pour des courses. Il en est certain, pour lui, "l’avenir, c’est le bateau électrique à foils".

 

Le projet "Bagaille Moon Fou", est comme son nom l’indique, un peu fou. Il s'agit de voiles solaires modulables et rigides (SSRS® pour Solar Segmented Rigid Sail). Elles pourront être disponibles pour bateaux à voile mais aussi pour les transports de fret. Cette "technologie brevetée de voile rigide solaire est la seule à offrir une possibilité d’autonomie énergétique à 100% pour pratiquement tous les types et tailles de navires" indique la société. Un voilier de 31 mètres de long pourra être alimenté par 300m2 de voile solaire. Les panneaux rechargent le moteur pendant la journée et lui offrent une autonomie de 24h en ordre de marche normale. La livraison mondiale est prévue pour mars 2018.

 

Le dériveur de 60 kilogrammes se sépare en quatre pour pouvoir être transporté dans le coffre de sa voiture. Le mât en carbone se divise aussi en quatre. Sa légèreté est due à la technique d’infusion sous vide réalisée pour une coque en polyester et en fibre de verre. Il est particulièrement léger car totalement vide à l’intérieur. Adapté pour une petite famille, il se monte et se démonte facilement, les quatre morceaux s’attachent à l’aide de deux sangles et de crochets en inox. "Nous avons voulu faire un bateau démontable pour casser les freins à la pratique du nautisme qui sont le stockage et le transport", explique Antoine Simon, PDG de Reverso Project. Le bateau occupe une place de 1m3 dans le coffre et 15% des ventes sont effectuées auprès de particuliers qui n’ont jamais fait de voile.

 

Grâce aux matériaux utilisés, à une structure optimale et une coque conçue en utilisant la technique d’infusion sous vide, le S.A.N.D C70 pèse 750 kg pour 6,9 mètres de long. Soit la moitié du poids des autres semi-rigides habitables, permettant de le transporter avec une berline. Le poids est plus faible, donc la consommation en carburant aussi (une économie de 25 à 30%). Un projet développé pendant 6 ans par Jean-Jacques Dury, ancien ingénieur en construction navale, dont le premier essai aura lieu dans trois mois. L’objectif est de le commercialiser en avril au prix d'appel de 65 000€ ou 85 000€ avec un moteur 200 cv. Le bateau "made in France" vient de remporter le prix "Produit innovant" aux Audacity Awards du territoire Nantes-Saint Nazaire.

 

L’innovation se retrouve aussi dans le matériel. La manivelle ewincher est une manivelle de winch électrique et sans fil. Un poids de 2,2kg pour une batterie en lithium de 25 volts, la manivelle "couvre une journée d’un voilier de 40 pieds en ordre de marche puissant", explique Bruno Rabu, chef de l’entreprise. La manivelle est équipée d'un double mode électrique avec un moteur de 80 tours par minute. On peut aussi la connecter à un smartphone pour l’adapter aux tensions du bateau et apporter une sécurité : la manivelle se bloque toute seule si la tension est supérieure au poids indiqué. Prix de cette innovation : 2990€.

 

  • Le 3DI, pour une voile performante 

North Sails a développé une nouvelle technique pour des voiles ultra résistantes et optimisées. Le 3DI permet de créer des "voiles membranes" qui ne se laminent pas et sans coutures de 15 gramme par m2. Les toiles sont construites par une superposition de bandes fabriquées en fils de Dymeena®, carbone et aramide. Les 14 couches de bandes sont ensuite chauffées sous vide dans un moule pour les figer. Le produit est courant dans les courses depuis 2011 mais une nouvelle version démocratisée en polyester est sortie. "L’objectif est de faire un produit high tech abordable, maximum 30% plus cher que les toiles normales", ajoute Luc Joëssel, responsable marketing de la marque. 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte