Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

14 réacteurs nucléaires arrêtés d'ici 2035, un débat national sur la transition écologique, annonce Emmanuel Macron

Sylvain Arnulf , , ,

Publié le , mis à jour le 27/11/2018 À 11H55

Vidéo Ce 27 novembre à l’Elysée, Emmanuel Macron a procédé à l'installation du Haut conseil pour le climat. Le président de la République en a profité pour expliquer comment il entend rendre la transition écologique plus lisible et mieux acceptée par les Français, en plein mouvement des "gilets jaunes". Il a notamment annoncé la fermeture de 14 réacteurs nucléaires d'ici 2035 et 7 à 8 milliards d'euros d'investissements par an dans les énergies renouvelables.

14 réacteurs nucléaires arrêtés d'ici 2035, un débat national sur la transition écologique, annonce Emmanuel Macron
Emmanuel Macron odoit présenter une réponse argumentée aux Gilets jaunes ce 27 novembre au Palais de l'Elysée.
© commission européenne

Emmanuel Macron procède à l’installation du Haut conseil pour le climat ce 27 novembre à l’Elysée. Le président en profite pour détailler, dans un discours, sa stratégie pour rendre la transition écologique "plus acceptable", en plein mouvement des Gilets jaunes.Sa stratégie englobe la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), détaillée en fin de matinée par François de Rugy, la Loi Mobilité présentée ce lundi en conseil des ministres et la création d’un Conseil national pour la transition écologique. 

Après avoir évoqué le mouvement des gilets jaunes, Emmanuel Macron critique l'attentisme et les volte-face de la classe politique sur le climat. "Face au changement climatique, nous avons fait trop peu. Je ne parle pas des citoyens, mais des dirigeants politiques, d'entreprise, des responsables de tous bords. (...) On ne peut pas être pour l'environnement le lundi et contre les taxes sur le carburant le mardi".

Le président fait le lien entre urgences sociale et environnementale. "Les inégalités sociales et territoriales que dénoncent à juste titre nos concitoyens sont doublées d'inégalités environnementales".

Vers une énergie totalement décarbonée en 2050

"Nous devons nous désintoxiquer des énergies fossiles" d'ici 2050, annonce Emmanuel Macron. "Nous devons passer d'une France où 75% de l'énergie consommée est d'origine fossile à une production et consommation totalement décarbonnées".

Première priorité : "Consommer moins d'énergie". Cela commence par "produire des voitures qui consomment moins, polluent moins, c'est le sens de toute notre stratégie industrielle pour l'automobile". Côté logement, "il faut aller beaucoup plus vite sur les solutions d'isolation et de renouvellement des équipements". Dans l'industrie, "l'enjeu est d'inventer l'usine du futur qui recycle tout et ne rejette rien. Nous devons changer d'échelle, faire que les innovations en germe se développent".

Transformer la production d'électricité

Emmanuel Macron rappelle que l'ensemble des centrales à charbon françaises seront fermées d'ici 2022. Pour la production de chaleur, "notre stratégie prévoit une montée en puissance de la géothermie et de la méthanisation", précise le président. Côté production d'électricité, la capacité de production du parc éolien terrestre sera triplée, et celle du photovoltaïque multipliée par cinq. L'éolien en mer sera aussi développé. 7 à 8 milliards d'euros seront dépensés chaque année pour développer les énergies renouvelables, contre 5 milliards par an actuellement.

La part du nucléaire dans le mix de production électrique passera à 50% à l'échéance 2035, annonce le président. 14 réacteurs seront arrêtés d'ici 2035, à partir de l'été 2020, en commençant par ceux de Fessenheim, puis quatre à six d'ici 2030. Mais à une condition : "aucune fermeture complète de site". Des contrats de transition énergétique seront signés avec chacun des territoires concernés, impliquant les entreprises.

"Je demande aussi à EDF de travailler à l'élaboration d'un programme de nouveau nucléaire, en prenant des engagements sur le prix, pour qu'il soient plus compétitifs". Il n'y aura pas de décision sur la construction de nouveaux EPR avant 2021.

Accompagner la transition

"L'écologie doit être un sujet populaire, pas un sujet d'urbains et de bobos", pointe le président. Pour parvenir réduire la fracture entre citoyens sur la transition écologique, il détaille une "méthode nouvelle". "Cette stratégie doit être débattue et construite avec vous au niveau national et local, dans les trois mois qui viennent", explique Emmanuel Macron. "Il ne faut pas changer de cap, car il est juste et nécessaire, mais de méthode". Sur la taxe carbone sur le carburant, pas d'annulation de la hausse au 1er janvier, mais Emmanuel Macron entrouvre la porte à une modification du mécanisme."Il faut construire une méthode pour rendre plus intelligente cette taxe sur les carburants un peu aveugle", avec une possible révision tous les trois mois en fonction de l'évolution des cours mondiaux.

Les dispositifs d'aide à la conversion ne sont "pas assez concrets, pas assez tangibles, pas assez simples", critique le président. Il faut faire connaître ces solutions "concrètes, accessibles aux citoyens". Aucune nouvelle aide n'a été annoncée.

Bâtir un nouveau contrat social

Le président dit avoir entendu le message des "gilets jaunes". "En face de ces sentiments, de ces ressentiments même, je ne me déroberai pas. Je ne me cacherai pas derrière les responsabilités des autres. Je crois comprendre très profondément cette colère sourde et cette frustration, face à ces pouvoirs qu'ils sentent loin d'eux, indifférents. Ces vies empêchées, bloquées, par les taxes, les normes, par une perte de sens". Face à ce désarroi, Emmanuel Macron appelle à "bâtir un nouveau contrat social du XXIe siècle".

Le discours d'Emmanuel Macron en intégralité :

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

27/11/2018 - 14h35 -

C'est très beau tout ça... Mais Monsieur MACRON veut remplacer nos 14 centrales nucléaires par quoi ? Les alternatives écologiques ne permettent malheureusement pas de compenser, et de très très loin... Sans parler du risque d'explosion de la demande d'électricité, par rapport à la politique favorisant les voitures électriques ! A t-on calculer combien il nous faudrait de centrales nucléaires en plus, rien que pour 10% du parc automobile Français puisses rouler à l'électricité ? Sans parler de la voiture ou du train à hydrogène qui ont besoin d'hydrogène, et la production d'hydrogène à besoin d’énormément d’électricité pour un rendement très très faible... On est sur de la démagogie politico-écologique, politico-économique, car on sait déjà que cela ne fonctionnera pas !!!
Répondre au commentaire
Nom profil

27/11/2018 - 11h42 -

On repousse encore le tas de sable à la fin de son mandat quand il ne sera plus la ! Vive la politique !!!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle