Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

A Orléans, l'Industry Lab permet à des entreprises de fabriquer leurs prototypes

, ,

Publié le

Vidéo L’Industry Lab d'Orléans a été inauguré le jeudi 7 février. Cet atelier hors du commun, qui permet de produire des prototypes et des petites séries a nécessité un million d'euros d'investissement. 

A Orléans, l'Industry Lab permet à des entreprises de fabriquer leurs prototypes
L'Industry Lab est hébergé par le Lab'O Orléans.
© Lab'O

"L'Industry lab répond à une attente fondamentale des entreprises : valider les spécifications d'une mise sur le marché sans dépenser des milliers d'euros en développement", a martelé son directeur Filipe Franco, jeudi 7 février, lors de l'inauguration de cet outil d’aide à l’expérimentation des entreprises, jeunes pousses, PME, ETI voire grands groupes.

Implanté depuis l'an passé au sein du Lab’O – Village by CA, l'incubateur d'Orléans (Loiret) qui occupe une ancienne usine pharmaceutique Famar en coeur de ville, l'Industry Lab a mobilisé un investissement d'1 million d'euros depuis sa création en 2014, à l'époque sur le campus de l'école d'ingénieurs Polytech.

Cette plateforme associative, principalement financée par les collectivités Orléans Métropole et Conseil régional du Centre-Val de Loire, se rapproche plus du techlab en proposant des prototypes et pré-séries industrielles jusqu'à plusieurs centaines de pièces. Les adhérents, c'est à dire les entreprises, associations ou particuliers qui veulent bénéficier de ses outils, bénéficient d'une formation à tout ou partie du process, de la fabrication additive sous plusieurs versions, jusqu'à l'usinage, en passant par la CAO grâce à un partenariat avec Dassault, l'injection plastique sous vide, ou la gestion de datas grâce à un partenariat avec Microsoft. 

"Nous avons d'abord pu créer physiquement notre boitier connecté pour le montrer, puis le tester en conditions réelles, le confronter au marché, avant de le commercialiser, le tout de façon simple et à moindre coût", raconte Mathieu Proux, directeur de G-Keep, start-up qui développe une solution de mesure de la consommation de carburant pour les transporteurs et les gestionnaires de flotte. Conception assistée par ordinateur, plasturgie pour le boitier, assemblage électronique des capteurs, G-Keep a tout sur place.

Une trentaine de machines

L'Industry Lab occupe 600 mètres carrés au rez-de-chaussée du Lab'O. Pôle plasturgie, pôle impression 3D, pôle d'assemblage de cartes électroniques, découpe laser tous supports : il comprend une trentaine de machines, qui lui donnent une vocation de défricheur dans le monde des objets connectés.

Une fraiseuse DMG Mori 5 axes, à l'oeuvre sur un polymère, côtoie une découpe laser. Petit bijou de technologie à 500 000 euros, une machine Prodways de fabrication additive par frittage de poudre laser, crée un moule de fermeture éclair en polyamide. Le nom du client ? "Confidentiel", répond Filipe Franco, dont l'intérêt pour cette technologie a convaincu Prodways de labelliser l'Industry Lab centre d'expertise en Europe, "afin de former de futurs opérateurs et d'orienter les industriels intéressés".

"La production de masse s'est déportée vers des pays à bas coût de production. Mais nous assistons à une relocalisation par l'effet d'une plus forte individualisation des produits, explique Olivier Carré, maire et président d'Orléans métropole. L'Industry Lab anticipe cette relocalisation avec des produits à forte valeur ajoutée".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle