Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

En 2015, la France a su tirer avantage du plan Juncker

Arnaud Dumas , ,

Publié le

Pour sa première année d’activité, le plan Juncker a permis de financer 7,5 milliards d’euros par la BEI en Europe. La France fait partie des quatre plus grands bénéficiaires du plan, avec 1,3 milliard d’euros de financements.


Jean-Claude Juncker Crédit : European People's Party - Flickr - CC

Premier bilan pour le plan Juncker, lancé en 2014 et dont la mise en œuvre effective a démarré au printemps 2015.La Banque européenne d’investissement (BEI) qui gère les crédits du plan Juncker :  7,5 milliards d’euros de financements ont été délivrés dans ce cadre sur l’année 2015.

En attirant des cofinancements privés, ils devraient permettre de totaliser près de 50 milliards d’euros d’investissement dans l’économie européenne.

Pour rappel, le plan Juncker ambitionne d’atteindre 315 milliards d’euros de nouveaux financements dans les 28 pays de l’Union européenne. La Commission a mis en place un Fonds européen de l’investissement stratégique doté de 21 milliards d’euros, dont 5 milliards d’euros de la BEI, le reste sur le budget européen, obtenus après d'âpres négociations. La BEI prévoit ensuite de réaliser un effet multiplicateur de 14 ou 15, grâce à l’initiative privée, pour totaliser les 315 milliards d’euros.

"Avec les 10 milliards d’euros d’augmentation de capital en 2012, nous avons atteint 180 milliards d’euros de financement, rappelle Ambroise Fayolle, le vice-président de la BEI. Soit un effet multiplicateur de 18 !"


Première opération en France
La France a été l’un des premiers bénéficiaires du Plan Juncker. La quatrième en matière de financements décrochés derrière l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni. Le FEI (fonds européen d'investissement, un véhicule de fonds propres) a signé en mai 2015 un accord avec Bpifrance, pour garantir deux nouveaux instruments, le prêt d’amorçage, doté de 100 millions d’euros, et le prêt innovation doté de 320 millions d’euros.

La BEI a consacré en tout 1,3 milliard d’euros sur 8 projets pour la France au titre du plan Juncker, permettant de mobiliser 7 milliards d’euros avec les co-investisseurs.  Le Fonds européen d’investissement a signé 9 projets dans le cadre de ce plan, pour 160 millions d’euros.

Au final , quoi de neuf pour la BEI avec ce plan Juncker ? En apportant une garantie sur le budget européen, il permet à la BEI de soutenir des projets plus risqués, qu’elle hésiterait à inscrire à son bilan autrement. "Chaque année, nous réalisons en moyenne 4 milliards d’euros d’opération risqués, calcule Ambroise Fayolle. Le plan Juncker va faire passer ce montant à 20 milliards d’euros par an sans dégrader notre capacité à emprunter avec notre note AAA."

L’activité globale de la banque européenne est demeurée soutenue sur l’année 2015. Elle a totalisé 84,5 milliards d’euros de nouveaux financements dans les 28 pays de l’Union européenne, dont 7 milliards d’euros par le FEI. La France a bénéficié de 8,7 milliards d’euros de nouveaux financements, en troisième position du volume d’activité de la BEI derrière l’Espagne et l’Italie.

Arnaud Dumas

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle