En 2015, l’industrie a détruit autant d’emplois qu’en 2014

Alors que le secteur marchand au global est enfin reparti en 2015 sur une dynamique de création d’emplois,  l’industrie est restée à l’écart de ce mouvement. Mais deux  indicateurs laissent penser qu’une lumière brille peut-être au fond du couloir pour 2016. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

En 2015, l’industrie a détruit autant d’emplois qu’en 2014

Moins 41 400 ! C’est l’évolution de l’emploi salarié dans l’industrie en 2015. En 2014, l’industrie avait déjà détruit 40 200 emplois.

Si la machine de création de jobs dans le secteur marchand est relancée, avec 47 700 emplois salariés de plus sur l’année, la tendance n’a pas été perceptible dans le secteur secondaire. A l’œuvre, on trouve toujours des dynamiques structurelles de long terme avec une externalisation de l’industrie vers les services.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La très bonne dynamique de l’emploi dans les activités scientifiques et techniques laissent penser qu’une partie des emplois industriels s'est déplacée en partie sur le tertiaire.

Pourtant, on pourrait déceler une lueur d’espoir dans ce sombre tableau. Deux éléments portent à croire qu'un renversement de tendance pour 2016 est possible. D’abord, les destructions d’emplois du quatrième trimestre 2015 (-8900) ont été deux fois moindres que celle du troisième trimestre 2015 (-14 600).

L'interim en forme

Ensuite, si les destructions d’emplois sont fortes dans l’industrie, l’intérim lui en revanche a été très dynamique, avec 44 200 créations nettes sur l'année. C’est la plus forte hausse depuis 2010. Or l’industrie consomme la moitié de ces emplois intérimaires, c’est donc l’activité de ce secteur qui a tiré les emplois.

Une partie de ces emplois se transformeront en CDI dans les entreprises industrielles. Pas tous. Car la hausse des emplois intérimaires traduit aussi comme l’explique Alexandre Milicourtois de l’institut Xerfi "le besoin accru de flexibilité des entreprises".

Anne-Sophie Bellaiche

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS