Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

Emmanuel Macron propose un fonds pour l’industrie du futur doté de 10 milliards

, , ,

Publié le

Emmanuel Macron, en présentant son programme ce 2 mars, a balayé les nombreuses thématiques d'un projet de "transformation" de la France. Pour ce qui concerne l'industrie, la nouvelle annonce spécifique est celle de la création d'un fonds dédié à l'industrie du futur. Les autres mesures qui intéresseront les industriels sont plus transverses à tous les secteurs. 

Emmanuel Macron propose un fonds pour l’industrie du futur doté de 10 milliards
Emmanuel Macron à la foire de Hanovre
© Patrice Desmedt

C’était le grand jour pour Emmanuel Macron. A deux pas de l’Elysée, au Pavillon Gabriel, le leader d’En Marche, entouré de ses soutiens politiques, conseillers et amis présentait enfin l’intégralité de son programme "dans sa cohérence", une expression qu’il utilisera de nombreuses fois. Dans la salle pleine à craquer où se pressaient 350 journalistes dont de nombreux correspondants de la presse étrangère, Jean Pisani-Ferry, le responsable du programme, avouait à un de ses amis s’être "couché à 5 heures du matin". Visiblement tout le monde a beaucoup travaillé et jusqu’au bout de la nuit, car au-delà du tract programmatique de 17 pages distribué, le site internet détaille à l’aide de 36 fiches très complètes l’ensemble des propositions sur chaque thématique.

L’industrie a droit à sa fiche. Les grandes mesures qui l’affectent, assez transversales aux entreprises, étaient déjà connues : sanctuarisation du crédit impôt recherche, du dispositif Jeunes entreprises innovantes, remplacement de l’ISF (impôt sur la fortune) par un ISFI (impôt sur la fortune immobilière), taux d'impôt sur les sociétés ramenés à 25 %, négociation sociale au plus près des entreprises, renforcement des procédures antidumping au niveau européen….

Un Fonds pour s’inscrire dans le temps long

La nouvelle annonce de ce matin sur l’industrie est la création par l’Etat d’un Fonds pour l’industrie et l’innovation. Il sera doté de 10 milliards d’euros d’actions d’entreprises possédées de manière minoritaire par l’Etat. Et ce sont les dividendes de ces titres voire certains produits de cession qui seront utilisés pour financer l’industrie du futur. Emmanuel Macron a expliqué que ce "fonds aurait sa gouvernance propre", afin de bien sanctuariser ses rendements. L’idée est de travailler sur le long terme. L’instrument est conçu comme un levier d’accompagnement stratégique de la transformation de l’industrie française. Le fonds investira dans trois priorités comme le détaille le projet : "des initiatives locales pour accompagner des transitions industrielles, notamment écoresponsables de certains territoires", "la démultiplication de la dynamique de l’industrie du futur", "le développement de solutions innovantes contribuant à relever des défis de la transformation énergétique, environnementale, numérique et démographique de notre société". 

A priori, ce Fonds serait piloté par Bpifrance qui verrait conforter son rôle central dans la gestion de toutes les aides à l’innovation de l’Etat et de ses opérateurs. Le projet d’Emmanuel Macron prévoit aussi la création d’autre fonds pour "armer les grandes régions, en matière d’anticipation des restructurations, avec notamment la création de fonds de retournement et de fonds de dette régionaux." Le projet ne détaille pas comment ces derniers seraient dotés et si l’Etat y participerait en plus des conseils régionaux.

Au-delà des mesures nationales, l’avenir de l’industrie française passe pour Emmanuel Macron par l’Europe. Il estime, qu’à la manière dont fonctionne l’industrie spatiale européenne, il faut désormais pousser le développement de nouvelles filières sur des industries stratégiques pour la transition écologique. Mais tout cela est lié à la possibilité de mettre en œuvre un ambitieux plan d’investissement européen. Il l' estime possible non pas en tapant du poing sur la table mais une fois que nous aurons regagné la confiance de nos partenaires européens, en particulier les Allemands. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle