Technos et Innovations

Emmanuel Macron a présenté la stratégie française en intelligence artificielle

Manuel Moragues ,

Publié le , mis à jour le 29/03/2018 À 15H23

A l’issue d’une matinée de conférences intitulée "AI for Humanity", le président de la République a présenté ce 29 mars la "stratégie et la vision nationale" de la France en matière d’intelligence artificielle dans un contexte mondial de "course aux armements". Les entreprises Fujitsu et Samsung Electronics en ont profité pour annoncer des installations en France.

Emmanuel Macron a présenté la stratégie française en intelligence artificielle
Emmanuel Macron présente la stratégie française en matière d'IA le 29 mars.
© commission européenne

Les annonces du président de la République seront-elles à la hauteur des enjeux ? Alors que l’intelligence artificielle (IA) dopée au machine learning s’affiche aujourd’hui en révolution comparable à internet, Emmanuel Macron doit présenter ce jeudi 29 mars, la "stratégie et la vision nationale" de la France en matière d’IA. Le Président s’exprimera autour de 15 heures au Collège de France, à Paris, à l’issue d’une matinée de conférences intitulée "AI for Humanity".

A la toute fin du quinquennat Hollande, les ex-ministres Thierry Mandon et Axelle Lemaire avaient lancé la mission #FranceIA qui avait mobilisé l’écosystème français de l’IA, dont notre sélection des "100 Français qui font l’IA" présente un échantillon. Le but, déjà : définir la stratégie nationale en IA. Le gouvernement actuel avait argué d’un manque de sélectivité dans les recommandations du rapport présenté fin mars 2017 et de son caractère peu opérationnel pour relancer la machine en confiant au député (LREM) et mathématicien Cédric Villani une nouvelle mission sur l’intelligence artificielle.

"Ce n'est plus le temps des questions"

Autant dire que l’attente est grande et que l’absence de mesures opérationnelles décevrait au vu de l’urgence d’agir. "2018, ce n'est plus le temps des questions, c'est le moment où l'on agit et où l'on s'engage pour le long terme", avait ainsi lancé Mounir Mahjoubi le 29 novembre dernier lors d’un point d’étape sur la mission Villani. l’Elysée en convient qui, lors d’un rendez-vous avec la presse lundi 26 mars, a pointé "un contexte de course aux armements avec des investissements massifs, comme en Chine où l’Etat a annoncé 13 milliards de dollars d’investissements publics sur l’IA".

Le montant de l’investissement public que le président entend consacrer à l’IA sera un élément-clé de son discours. La présidence s’est pour l’instant bornée à évoquer "un financement à la hauteur des enjeux", qui serait abondé par "un redéploiement partiel du Fonds pour l’innovation de rupture, le Programme des investissements d’avenir, le Fonds stratégique d’investissement et des crédits budgétaires". Le rapport Villani, intitulé "Donner un sens à l’IA" et publié le 28 mars, s’abstient de recommander un quelconque niveau chiffré d’investissement.

"Positionner la France parmi les grandes nations de l’IA"

L’ambition affichée par la présidence est de "positionner la France parmi les grandes nations de l’IA". Selon un document transmis par l’Elysée ce mercredi, le discours du Président "mettra l’accent sur les réponses […] à quatre défis principaux" qui reprennent peu ou prou les grands axes du rapport Villani. « Créer en France un hub de recherche de niveau international capable d’attirer les meilleurs chercheurs mondiaux" ; "développer une politique de la donnée […], en particulier dans les secteurs où la France dispose d’un potentiel d’excellence comme la santé et les transports" ; "créer un environnement favorable à l’émergence de champions de l’IA en France" ; "Engager une réflexion approfondie sur la régulation et l’éthique de l’IA". Réponses, donc, ce jeudi à 15 heures.

Fujitsu et Samsung Electronics annoncent des centres de recherche en France

A la veille de la présentation du président, les entreprises asiatiques Fujitsu et Samsung Electronics ont d'ores et déjà annoncé l'installation en France de centres de recherche dédiés à l'intelligence artificielle. Le groupe japonais Fujitsu va ainsi agrandir son centre actuel de 200 m². "On a engagé il y a plus d’un an et demi une démarche pour convaincre le groupe qu’il fallait investir en France", a indiqué à Reuters Benjamin Revcolevschi, directeur général de Fujitsu France.

De son côté, Samsung Electronics va implanter un laboratoire consacré à la recherche en IA à Paris ou Saclay (Essone). Ce sera le troisième centre le plus important pour l'entreprise sud-coréenne après ceux de Corée du Sud et des Etats-Unis. Pour l'instant le centre ne compte qu'une quinzaine de personnes mais devrait en accueillir une cinquantaine d'ici la fin de l'année et plus de 100 par la suite.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte