Economie

Emmanuel Macron annonce un prolongement du confinement en France jusqu’au 11 mai

Sylvain Arnulf , , ,

Publié le

Comme attendu, Emmanuel Macron a prolongé la période de confinement de presque un mois, jusqu’au lundi 11 mai. Il l’a annoncé ce 13 avril dans une déclaration télévisée.  

Emmanuel Macron annonce un prolongement du confinement en France jusqu’au 11 mai
De l'espoir mais de la prudence : Emmanuel Macron a fait le point sur l'épidémie de Covid-19 dans une allocution télévisée le 13 avril.
© Présidence de la République

Un mois de confinement supplémentaire… mais aussi de l’espoir. Emmanuel Macron a tenté de donner des perspectives aux Français qui se posent beaucoup de questions sur la gestion de la crise sanitaire et ses conséquences sur leur vie quotidienne. Il a esquissé un début de mea culpa, livré un message d’espoir sur la situation sanitaire mais surtout fixé une date pour le début de la fin du confinement : le lundi 11 mai.

Des "insuffisances"

"Etions- nous préparés pour faire face à cette crise ? A l’évidence pas assez. Le moment a révélé des failles", a reconnu Emmanuel Macron. "Mais nous avons fait face. Nous avons dû parer à l’urgence, prendre des décisions difficiles à partir d’informations partielles, souvent changeantes", a-t-il aussitôt tempéré.

Des "insuffisances", il y en a eu cependant. "Nous avons manqué de blouses, de gants, de gel hydroalcoolique, nous n’avons pas pu distribuer autant de masques que nous l’aurions voulu pour nos soignants. Je mesure pleinement que lorsque l’on est au front, il est difficile d’entendre qu’une pénurie mondiale empêche les livraisons. Mais les commandes ont été passées. Nos entreprises françaises et nos travailleurs ont répondu présents et une production comme en temps de guerre s’est mise en place".

Le président souhaite, lorsque le déconfinement sera possible (au plus tôt, le 11 mai), "une utilisation la plus large possible des tests et des détections". "Nous serons en capacité de tester toute personne présentant des symptômes", promet-il. "L’Etat en lien avec les maires devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public", ajoute-t-il. Son usage pourra devenir systématique, comme dans les transports en commun.

Sur la possibilité d’un traçage numérique, il devra être "volontaire et anonyme". Les députés et sénateurs seront consultés, tout comme  les "autorités compétentes".

"Nouvelle étape" le 11 mai au plus tôt

Au 11 mai, tout ne redeviendra pas comme avant, mais ce sera le début d’une "nouvelle étape" a annonce le président. "Elle sera progressive, les règles pourront être adaptées en fonction de nos résultats", a-t-il précisé. "Il s’agira de permettre au plus grand monde de retourner travailler, redémarrer notre industrie, nos commerces et nos services". Des discussions seront ouvertes avec les partenaires sociaux pour définir les nouvelles règles permettant de garantir la sécurité des salariés, comme cela a été déjà été fait dans la métallurgie par exemple.

Les établissements recevant du public, comme les cinémas, musées, salles de spectacle, resteront fermés, mais le président souhaite une réouverture progressive des crèches, écoles, collèges, lycées, à partir du 11 mai. Les établissements d’enseignement supérieur resteront fermés jusqu’à l’été. "Le gouvernement précisera la bonne organisation, en particulier pour les examens et concours", a précisé Emmanuel Macron.

De l’espoir, mais de nombreuses inconnues

"Espoir", le terme a été utilisé à plusieurs reprises par le président, avec toutes la prudence qui s’impose. "L’épidémie commence à marquer le pas" mais "elle n’est pas maîtrisée" et "rien n’est acquis". "Dans le Grand-Est comme en Ile de France, les services hospitaliers sont saturés, le système est sous tension".

Le président se refuse à donner une date pour un retour à la normale. "Je partage vos questionnements, j’aimerais tellement vous répondre sur chaque point, mais en tout franchise, nous n’avons pas de réponse définitive. Nous finirons par l’emporter mais nous aurons plusieurs mois à vivre avec le virus", avance-t-il. A ce stade, "une très faible minorité de Français a contacté le Covid-19, nous sommes loin de l‘immunité collective. Les vaccins seront sans doute la solution la plus sûre, mais il faudra plusieurs mois pour la mettre en œuvre. Notre pays investira encore plus massivement dans la recherche pour accélérer les travaux en cours."

Le chef de l’Etat promet d’explorer "toutes les options" en matières de traitements.

Préparer "les crises à venir"

Tout en se félicitant que le pays "continue à vivre" pendant le confinement et que l’industrie produise toujours, Emmanuel Macron veut protéger tous ceux qui sont privés d’activité pendant la période. Le chômage partiel, qui touche 8 millions de Français, sera prolongé et "renforcé'.  Le président promet d’accroître les aides destinées aux entreprises en difficultés.

Et après la crise ? Il sera temps de penser à une "refondation". "Il nous faudra rebâtir une indépendance agricole, sanitaire industrielle et technologique française. Cela passera par un plan massif pour notre santé, notre recherche, nos aînés. Il nous faudra nous rappeler que notre pays tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal. Il nous faudra bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier, la sobriété carbone, la prévention, la résilience, qui seuls peuvent nous permettre de faire face aux crises à venir".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte