Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Eel Energy, une hydrolienne inspirée par l'ondulation des anguilles

Pierre Berteloot , ,

Publié le

Une start-up française développe actuellement une hydrolienne fonctionnant grâce à une membrane ondulante activée par les courants marins. Une technologie totalement nouvelle, inspirée par la nature. Les essais des derniers prototypes sont prometteurs.

Eel Energy, une hydrolienne inspirée par l'ondulation des anguilles
Le courant des marées fait onduler l'hydrolienne d'Eel Energy. L'énergie de déformation est ensuite transformée en électricité par un générateur.
© mattk1979 - Flickr - C.C.

Au premier coup d’œil, bien que bardé de câbles électriques et de capteurs, la lente ondulation du prototype d’hydrolienne développé par Eel Energy lui conférerait presque l’apparence d’un animal marin. L’engin se présente sous la forme d’une membrane semblant nager paisiblement à contre-courant, un squelette semi-rigide très fin de quelques mètres de large en fibre de carbone recouverte d’une membrane en caoutchouc.

La membrane agit comme une voile : elle capte la pression du fluide et se déforme. Cette énergie de déformation est ensuite convertie en énergie électrique. Une technologie innovante qui contraste avec les hydroliennes classiques à turbines. "Et notre grand avantage est que nous sommes prédictibles !" s’enthousiasme Franck Sylvain, directeur générale de la start-up. Une des grandes lacunes des énergies renouvelables est en effet leur imprévisibilité, qui oblige à recourir à d’autres sources d’énergie, quand le vent souffle trop peu, ou que le soleil ne brille pas. Mais les marées ou l’écoulement d’un fleuve sont bien plus constants, et permettront une production d’électricité relativement stable, 20h par jour, promet Eel Energy.

100 à 1 000 fois plus de zones d’implantations possibles

Le marché de l’hydrolienne en France semblait bien morne depuis que Naval Energies, filiale de Naval Group, l'a abandonné en 2018. Mais Eel Energy fait naître de nouveaux espoirs dans le domaine. D’autant plus que selon l’entreprise, les zones d’implantations potentielles recouvreraient une surface 100 à 1 000 fois plus importante que celle des turbines. "Les hydroliennes classiques ne sont efficaces qu’avec un courant de 4 à 5 mètres par seconde, ce qui est très rare, déclare Franck Sylvain. Or, notre membrane s’active dès 1 m/s, et produit de manière optimale à 2,5 m/s. Cela démultiplie les zones potentielles d’installation."

Le nouveau prototype d'hydrolienne de Eel Energy dans le bassin d'essai de l'Ifremer, à Boulogne-sur-Mer. (c) Franck Sylvain / Eel Energy

Ainsi, en plus de pouvoir s’installer sur une grande portion du littoral français, même dans des zones de faible courant, elles pourront aussi s’amarrer dans les fleuves. Et la douce ondulation de la membrane serait bien moins néfaste à la faune marine que le piège parfois mortel des turbines.

Un nouveau prototype prometteur

Le 28 février dernier, Eel Energy testait son dernier prototype dans le bassin expérimental de l’Ifremer à Boulogne-sur-Mer. La membrane ondulante y activait un générateur placé sur un mât, et avait permis de générer 1kW pour un courant de 1,3 m/s. Franck Sylvain se félicite des résultats obtenus : "On est la machine qui produit le plus d’électricité dans le bassin d’essai de l’Ifremer. On va pouvoir la tester en mai en rade de Brest."

En juin dernier, l’entreprise avait déjà expérimenté au même endroit son premier prototype, avec des résultats encourageants. L’engin de taille modeste est parvenu à produire 4kW, soit la consommation électrique d’environ 10 foyers. Mais cette première machine fonctionnait grâce à un ensemble complexe et fragile de 6 générateurs positionnés directement sur la membrane. "Avec le système du mât, on a divisé par 3 le coût de la machine, pour un rendement équivalent et une maintenance plus facile !"

Le premier prototype a été testé en rade de Brest en juin 2018 (ci-dessus). Le prochain le sera en mai prochain.

Une commercialisation prévue dès 2020

Eel Energy ne s'arrête pas là et ambitionne maintenant de développer des machines plus grosses. Passé le test de mai, l’entreprise prévoit de construire une machine d’une capacité de 30kW, qu’elle testera 6 mois durant dans un fleuve. "Si ça fonctionne correctement, on pourra commencer la commercialisation dès juillet 2020, se réjouit le directeur général. On va commencer par le fluvial car c’est plus simple, mais à terme, on pourra développer des fermes d’hydroliennes en mer." Le site de Paimpol-Bréhat, déjà câblé par Naval Energies, qui a abandonné son projet sur le site, est déjà évoqué comme laboratoire en mer.

La technologie développée par la jeune start-up semble donc prometteuse, mais elle devra réussir à faire baisser quelque peu le prix de son énergie pour être compétitive. Celui-ci est actuellement de 150€ le MWh, contre 30 à 50€ pour l’éolien et le solaire, et 100€ pour l’énergie nucléaire provenant des EPR. "Mais sur des machines plus grosses, on peut espérer descendre à 100€ le MWh, assure Franck Sylvain. Et l’industrialisation de la production permettra de faire des économies."

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

03/06/2019 - 11h55 -

Bonjour, Bravo pour ce premier prototype, souhaitons que vous puissiez développer votre système. Il faudra le monter sur un axe vertical lui permettant de s'orienter dans le sens du courant (comme une girouette) pour un usage marin. De plus l'ondulation serait plus efficace si elle se faisait dans les deux sens, à la manière d'un drapeau qui flotte au vent. Bonne continuation. Erik Kermorvant.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle