Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Edito vidéo] Une usine dans la grande nef

Christine Kerdellant - Directrice de la rédaction

Publié le

Vidéo

[Edito vidéo] Une usine dans la grande nef
Christine Kerdellant, directrice de la rédaction
© DR

Sous la verrière du Grand Palais, la plus grande d’Europe, le théâtre du Châtelet a pris ses quartiers d’hiver. Il reste, si le cœur vous en dit, quelques places pour « Singin’ in the rain » entre Noël et le jour de l’an. Mais à l’hiver 2018, pendant quatre jours et trois nuits de novembre, c’est un tout autre spectacle que les Français pourront admirer dans la nef coiffée de ses 8 500 tonnes de fer, d’acier et de verre. Ils viendront visiter une « usine extraordinaire ». Pour un hymne à l’industrie, le lieu ne pouvait être mieux choisi puisque le Grand Palais, qui remplaça en 1897 le Palais de l’industrie, offrit à l’exposition universelle de 1900 la formidable innovation de sa structure métallique.

C’est une idée souvent développée dans ces colonnes : il faut montrer aux Français que l’industrie n’a rien à voir avec le « Germinal » de Zola. Qu’une usine n’est en rien un concentré de saleté, de bruit et de pénibilité. « Il faut redonner aux Français la fierté de leurs usines », martèlent les initiateurs du projet, Bruno Grandjean et Michel Athimon, délégué du président aux relations extérieures de la Fédération des industries mécaniques, le premier étant aussi patron de Redex, un champion de la mécanique de précision. Toutes les bonnes fées se penchent sur le berceau de ce projet. Il est appuyé par la BPI, le Medef, le Meti, le Cercle de l’industrie, la Fabrique de l’industrie et l’Alliance pour l’industrie du futur, pour une fois tous rassemblés sous une même bannière, le coq bleu de la french fab.

Cette exposition d’un nouveau genre a pour ambition de remettre l’industrie au cœur de notre projet de société. C’est le moment ou jamais, car les bonnes nouvelles ont afflué ces derniers mois. Mais la croissance sera freinée par le manque de talents si, dans l’imaginaire des parents, des profs et des jeunes eux-mêmes, une carrière dans l’industrie ne redevient pas une voie royale. En France, les moins de 25 ans, diplômés ou non, ne se tournent pas spontanément vers ses métiers, en dépit des perspectives de carrière et des salaires qu’ils offrent. Bref, il est urgent de « donner envie », de leur prouver qu’ils peuvent s’y réaliser. « Il faut voir la fierté d’un technicien qui n’est chez nous que depuis quelques mois et qui vient de mettre en route une cimenterie à l’autre bout de la planète ! », raconte Frédéric Sanchez, de Fives, qui soutient le projet, tout comme Dassault Systèmes et Michelin.

On imagine déjà, dans ce temple de l’art et du modernisme, les machines-outils à commande numérique des décolleteurs de la vallée de l’Arve voisiner avec une chaîne de montage automobile ultra-robotisée, ou des casques de réalité virtuelle permettre aux visiteurs de « travailler » sur des prototypes de tracteurs…

Le projet est loin d’être abouti : les organisateurs doivent aujourd’hui trouver des financements (plusieurs millions d’euros) et des mécènes (apporteurs de fonds ou de machines-outils), mais aussi convaincre les régions, les pouvoirs publics et surtout l’Éducation nationale de s’associer à cette initiative d’intérêt général. Nul doute que le nouveau ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, ancien directeur de l’Essec et défenseur de l’apprentissage, aura envie de s’associer à ce projet. C’est l’avenir du pays, celui de ses jeunes, et notre place dans le monde qui se joue avec la reconquête de l’industrie. Le Grand Palais, en tout cas, est déjà réservé. 

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle