Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Edito vidéo] La France qui revit

Christine Kerdellant - Directrice de la rédaction

Publié le , mis à jour le 19/01/2018 À 19H45

L'éditorial de Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Usine Nouvelle. 

Les Français se sont "résignés à l’optimisme", paraît-il ! Selon l’Insee et tous les instituts de sondage à l’unisson, ils le sont en tout cas majoritairement en ce début de 2018. Certes, les femmes sont plus optimistes que les hommes, les marcheurs plus que les lepénistes, les cadres sup plus que les inactifs… Et donc les habitants de Paris plus que ceux des villages en cours de dévitalisation. Pourtant, il n’y a pas de fatalité, et même beaucoup de "bonnes nouvelles des territoires", pour paraphraser le titre du livre de l’économiste Michel Godet, qui recense les initiatives primées par le Grand Prix du même nom. Il est vrai que parcourir les quelque deux cents dossiers qui y concourent chaque année, c’est plonger dans un bain d’enthousiasme. Car toutes les actions récompensées sont exemplaires en termes d’innovation, d’emploi et de cohésion sociale.
 
Parmi les lauréats de l’an passé, Lyspackaging, à Saint-Georges-des-Coteaux, en Charente-Maritime, conçoit des bouteilles 100 % végétales, une alternative intéressante aux plastiques polluants et au verre énergivore. Liger, à Locminé, dans le Morbihan, a créé un pôle énergétique unique en Europe où l’on mutualise deux ressources issues des activités locales, la méthanisation et le bois, pour produire de l’électricité, de la chaleur, du biocarburant et du bio-combustible. Objectif : 5 millions de mètres cubes de biogaz, et une économie annuelle de plus de 2 millions d’euros d’importation de pétrole brut. De quoi rapprocher le territoire de son indépendance énergétique.
 
Autre lauréate industrielle, la société albigeoise Safra, experte dans la rénovation des transports en commun, a imaginé l’autobus du futur, Businova, déjà en service à Albi et Toulouse, les prochains exemplaires étant destinés à Marseille et Périgueux. Ce bus municipal "visionnaire", électrique et vaste (90 places), repose sur deux innovations majeures : d’une part un pack énergie à l’arrière (motorisation et batteries électriques) et un châssis entièrement dédié aux passagers, avec un belvédère pour une vision à 360 degrés ; d’autre part une motorisation comportant trois sources d’énergie (électrique, hydraulique et thermique) agissant de concert…
 
Dernier exemple spectaculaire, à Marseille, DualSun, une jeune entreprise de 15 salariés, a résolu le dilemme entre panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité et panneaux thermiques pour chauffer de l’eau. Elle a conçu le premier panneau au monde hybride et certifié ! La face avant, exposée au soleil, est équipée de cellules photovoltaïques classiques. La face arrière, elle, est dotée d’un échangeur qui permet de mieux récupérer la chaleur produite par les cellules. L’avantage est double : le fluide chauffé est utilisé pour fabriquer de l’eau chaude et les cellules photovoltaïques, refroidies lors de l’échange thermique, améliorent notablement leur rendement.
 
Le Grand Prix a aussi récompensé en 2017 Loïc de Poix, industriel et maire de Crennes-sur-Fraubée (Mayenne), qui a fédéré les énergies autour de l’apprentissage, son confrère de Bras-sur-Meuse (Meuse), Julien Didry, qui intègre les habitants à la vie communale grâce au digital et à la création d’un fablab où l’on vient défier l’obsolescence programmée en fabriquant une pièce de lave-linge ou d’aspirateur… 
 
Christine Kerdellant, directrice de la rédaction
 
Pour participer au Grand Prix 2018 des bonnes nouvelles des territoires, organisé par la fondation MMA, les candidats (entreprises marchandes, entreprises sociales et solidaires, écosystèmes territoriaux) doivent déposer leur dossier avant le 23 janvier (date officielle). À gagner : de la visibilité et 30 000 euros.
 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/01/2018 - 10h36 -

On voit que dans tous les dossiers l'énergie reste le principal défit technologique ! Le verre énergivore ,le bus électrique,les panneaux hybrides. Produire notre énergie c'est économiser 60 milliards/an entre pétrole et gaz et toutes les dépenses liées à l'atome ? C'est aussi garantir des emplois non délocalisable car nos emplois sont notre richesse.Développer les énergies vertes c'est aussi valoriser nos déchets . Et développer le stockage de masse des renouvelables c'est garantir notre sécurité énergétique qui permettra de restaurer notre tissus industriel sans contraintes écologiques, donc en faisant baisser le coûts. Tous ces possibles ne peuvent naître que d'une volonté commune pour la transformation et le changement
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus