[Edito vidéo] Facebook go home !

L'éditorial de Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Partager

Doit-on se réjouir à chaque fois que Facebook annonce qu’il va créer quelques milliers d’emplois en France ? C’était peut-être vrai il y a quelques années, mais plus aujourd’hui. On pourrait même considérer que l’annonce des 10 000 emplois créés en Europe par le géant américain pour travailler sur le « metavesre » (le double numérique du monde physique, sorte d’internet en 3D) n’est pas une bonne nouvelle. N’en déplaise à Emmanuel Macron, qui à la fin des sommets « Choose France » est toujours ravi d’annoncer la création d’un labo de recherche de Facebook ou d’un centre de R&D de Google.

Car ce ne sont pas des chômeurs longue durée ou des jeunes non-qualifiés que le leader des réseaux sociaux vient chercher, mais des spécialistes du numérique, des ingénieurs, BTS, DUT... Or, nous manquons déjà d’ingénieurs et de techniciens pour nos propres besoins. La France est la première visée pour ces 10 000 postes européens, puisque c’est à Paris qu’est installé le FAIR (Facebook Artifical Intelligences Research). Comme il propose des salaires très au-dessus de la moyenne, et qu’une expérience chez les Gafam est valorisée sur un CV, il a plus de chances de séduire nos perles rares que les industriels du SBF 120, sans parler des PME et des ETI qui galèrent pour attirer ces profils. La CDEFI (Conférence des grandes écoles d’ingénieurs) voudrait faire passer de 38 000 à 50 000 le nombre d’ingénieurs formés dans ses établissements, mais cette extension va prendre des années.

Autrefois, on reprochait aux entreprises de la Silicon Valley d’appâter nos meilleurs ingénieurs, mais les candidats à l’expatriation n’étaient pas si nombreux, et ceux qui revenaient étaient dotés d’une expérience formidable. Maintenant, faute d’en attirer suffisamment sur le sol américain, Facebook et ses pairs viennent faire leur marché sur place, rendant plus ardue la tâche des entreprises locales. Et en guise de cerise sur le gâteau, Facebook France bénéficiera comme tout le monde du crédit d’impôt-recherche…

Bien sûr, on peut voir les choses de manière moins négative. Se dire que ces annonces prouvent que la France est redevenue attractive. Estimer, comme le disent les porte-paroles de Facebook, que cet investissement est un « vote de confiance dans la force de l'industrie technologique européenne et le potentiel des talents technologiques européens ». Et puis, bien sûr, cela fera progresser les chercheurs français. Mais iront-ils à si bonne école ?

Car ces dernières semaines, des lanceurs d’alerte ont montré une fois encore que Facebook pouvait être nuisible : ses dirigeants auraient décidé sciemment de ne pas employer de moyens suffisants pour modérer les contenus, notamment lors de l’élection présidentielle américaine. En contribuant à inciter à la haine, ils seraient donc responsables parmi d’autres, de l’attaque du Capitole. L’éthique même des dirigeants est en cause.

Alors, bien sûr, Facebook – comme Google d’ailleurs – prennent généralement le soin d’annoncer, en même temps que leurs recrutements, la création de « serveurs de dernière génération au profit d'instituts de recherche », de « fonds pour la collecte de données ouvertes », voire de bourses d'études pour les doctorants en mathématiques, physique ou intelligence artificielle dans des universités françaises. Et pour cause : il faut bien replanter les arbres qu’on arrache.

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS