Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Edito] Notre futur est déjà écrit

,

Publié le

Tout ce qui arrivera au cours des trente prochaines années est écrit, car les technologies qui en seront responsables existent déjà. Kevin Kelly, ancien rédacteur en chef du magazine « Wired » – un visionnaire qui a décrit la révolution internet dix ans avant son irruption –, les a identifiées. Il en a tiré un livre, « The inevitable », encore inédit en France. Les tendances qu’il révèle vont transformer notre vie, mais aussi nos entreprises : car elles constituent autant de nouveaux créneaux en face desquels vous pouvez choisir d’anticiper ou d’être disrupté. La première tendance lourde ? L’intelligence artificielle en libre-service.

Au tournant du XXe siècle, nos ancêtres qui ont vu l’avènement de l’électricité ont bénéficié d’une incroyable fenêtre d’opportunité, car il suffisait d’adjoindre cette source d’énergie inépuisable aux outils existants pour leur donner une nouvelle dimension. Pompes, métiers à tisser, essoreuses ou batteurs à œufs, l’électricité transformait tous les engins à bras en machines cent fois plus productives.

Pour Kevin Kelly, nous vivons le même phénomène avec l’intelligence artificielle. Elle est disponible comme l’électricité autrefois, et peut démultiplier l’efficacité de n’importe quel produit. Si Uber est emblématique du phénomène, tous les biens et services peuvent incorporer de l’IA, c’est-à-dire des algorithmes permettant de localiser l’utilisateur, de connaître ses goûts, ses horaires ou ses habitudes, et de le servir en conséquence. Prenez le parking : l’IA permet de ne plus le limiter aux places publiques. Une appli inventorie les places libres dans les entreprises ou chez les particuliers, les compare avec votre localisation, vous donne leur adresse et le code d’accès, puis vous débite du prix selon votre heure d’entrée et de sortie ! Si vous regrettez de ne pas avoir saisi les opportunités du début des années 1990, lors de l’irruption d’internet, pour faire fortune, réjouissez-vous : l’IA vous offre une seconde chance.

 

 

Nous ne sommes qu’aux prémisses de cette révolution, que Google a prise à bras-le-corps puisque ce n’est pas un moteur de recherche qu’exploitent Larry Page et Sergey Brin, mais bien un collecteur de big data afin d’alimenter une IA… Ces milliards de données enregistrées permettent déjà de faire des prédictions monnayables, entre autres sur les épidémies, les phénomènes de société ou encore sur les tendances de mode.

Le grand débat sur le pourcentage de métiers qui seront remplacés par de l’IA est vain : ils seront tous substitués à plus ou moins long terme, prédit Kevin Kelly. La plupart des emplois que les hommes politiques tentent de protéger sont condamnés, ne serait-ce que parce que personne n’éprouve de réel bonheur à les exercer ! Mais de même que les fermiers du XVIIIe siècle ne pouvaient imaginer que leurs descendants deviendraient trader, radiologue ou livreur de pizzas, nous ne pouvons concevoir aujourd’hui nos métiers de demain. Sauf celui de chef d’une équipe de robots ! Peut-être deviendrons-nous membres de la société du spectacle – acteurs, chanteurs, athlètes – ou de l’univers du bien-être : professeur de yoga, ostéopathe… Il est inutile de se battre contre les machines, car elles gagneront ; il est plus utile d’apprendre à travailler avec elles. 

 

(Deuxième volet à suivre : comment exploiter les autres grandes tendances, telles la gratuité ou le remplacement de la possession par l’accessibilité)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus