Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Edito] Marx, réveille-toi !

Christine Kerdellant - Directrice de la rédaction

Publié le

L'éditorial de Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Usine Nouvelle.

[Edito] Marx, réveille-toi ! © DR

Après le scandale Cambridge Analytica, le vol des données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook, deux universitaires américains, Eric Posner et Glen Weyl, ont jeté un pavé dans la mare. L’un, professeur à la Chicago Law School, et l’autre, économiste formé par notre prix Nobel Jean Tirole, estiment que le problème est moins de renforcer la régulation avec une RGPD à l’américaine, que de comprendre l’origine du problème : l’absence d’un vrai marché de la data. Les géants de l’internet devraient payer pour collecter nos données. Nous saurions ainsi ce qu’ils détiennent et l’usage qu’ils vont en faire.

Certaines entreprises ont pris les devants et vous proposent de les monnayer : c’est le cas de My data is rich, une start-up charentaise. Son fondateur, Éric Zeyl, invite les particuliers à arrondir leurs fins de mois en revendant leurs données personnelles à des entreprises : il redistribue à chacun 50 % des gains engendrés par la valorisation de ses données.

Toutes sortes d’informations peuvent être monnayées : outre les basiques (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle, statut matrimonial, nombre d’enfants…), la start-up propose un boîtier à brancher sur l’allume-cigare de votre véhicule afin de collecter ses data - coordonnées GPS, accélération, température… Les annonceurs souhaitent en effet savoir, par exemple, qui passe devant les panneaux et à quel moment, afin d’optimiser l’affichage. Les données, hébergées en France, sont anonymisées avant d’être vendues. Les utilisateurs sont libres d’en fournir autant qu’ils veulent ; le contrat peut être résilié à tout moment. Quant aux gains potentiels, ils sont proportionnels à la quantité. "Nous sommes le premier tiers de confiance pour la collecte, la gestion, la protection et la valorisation des données personnelles des particuliers, argue Éric Zeyl. Notre approche s’intègre aussi dans tous les modèles data des entreprises et leur facilite la collecte et l’exploitation de données personnelles légitimes."

Les deux universitaires auteurs de "Radical Markets" plaident, eux, pour la constitution de syndicats regroupant les travailleurs de la data que nous sommes tous. "Après tout, poster, taguer, télécharger, tout ce que nous faisons quand nous achetons un produit ou que nous remplissons un questionnaire, constitue un travail pour lequel il faut nous rémunérer", affirment-ils. Tout cet historique de notre comportement – nos habitudes, nos déplacements, nos séances de sports et nos loisirs –, toute notre vie en fait partie. Non seulement les plates-formes doivent nous rémunérer quand elles l’utilisent, mais surtout chacun doit pouvoir à son gré récupérer ses data s’il veut les "louer" plus cher à un concurrent.

En réalité, les data sont en train de devenir le troisième facteur de production aux côtés du travail et du capital. Nous en sommes propriétaires comme nous le sommes de notre force de travail que nous louons à notre employeur, ou du capital que nous injectons dans l’entreprise que nous créons. Les données deviennent tout aussi indispensables que le capital et le travail pour la production des richesses. Les abréviations K et L – bien connues des étudiants en économie – vont devoir s’enrichir d’un D. Marx risque de se retourner dans sa tombe.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

26/04/2019 - 00h02 -

Mais c'est vrai en fait. Elle a raison! Les données c'est un peu comme une matière première... on extrait et raffine le pétrole, on extrait et traite les données.. pourquoi cette matière première serait gratuite?
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle