[Edito] Macron : Bonaparte ou Kennedy ? Schumpeter, plutôt !

Tous les parallèles ont été osés. On l’a comparé à Bonaparte (intelligence, jeunesse, rapidité) et à Kennedy (belle gueule, sens politique, jeunesse). Mais en réalité, c’est de Schumpeter qu’il faut rapprocher Emmanuel Macron, comme le PS et Les Républicains en font l’amère expérience.

Adepte de la destruction créatrice… en politique. Joseph Schumpeter (1883-1950) a popularisé le concept de destruction créatrice. Pour cet économiste, les innovations détruisent des pans entiers d’activités et d’emplois, mais elles en créent simultanément de nouveaux. Le petit monde politique français vit sa destruction créatrice en direct, il se fait ubériser sous nos yeux. Avec son gouvernement, Macron a commencé à brouiller le clivage gauche-droite, et a carrément dynamité le clivage jacobins-girondins. Il s’appuie sur des maires de grandes villes (Paris exclu), des maires qui, comme lui, préfèrent l’efficacité économique à l’idéologie – car rien de tel que le laboratoire d’une agglomération pour comprendre que ce sont les entreprises qui font la prospérité d’un territoire. Il s’appuie sur les deux chefs de file de ce pragmatisme triomphant, Gérard Collomb, maire de Lyon issu de la gauche, et Édouard Philippe, maire du Havre issu de la droite.

Adepte de la destruction créatrice… en économie. Même en face des salariés de Whirlpool, le candidat En marche ! n’a pas fait croire que le statu quo était possible. En tant que ministre de l’Économie, il a défendu les start-up et accompagné la French Tech à Los Angeles, encouragé les jeunes à faire fortune et célébré l’innovation porteuse d’avenir même lorsqu’elle menace les positions installées.

Chantre de la concurrence. Schumpeter glorifiait l’innovation et la concurrence, Macron lui emboîte le pas. La commission Attali, dont il était le secrétaire général en 2008, l’y avait sensibilisé. Il en a été ensuite convaincu par Philippe Aghion, l’économiste chez qui il est souvent allé prendre des « cours du soir ». La loi Macron I, qui a permis aux cars de challenger la SNCF sur ses chasses gardées et d’enfoncer un coin dans les privilèges des professions réglementées, allait déjà dans ce sens.

En marche ! a fonctionné comme une start-up. Certes, le mouvement n’en est plus une aujourd’hui. Macron lui-même a dit au Salon des entrepreneurs, en février, qu’il était devenu une ETI, et en juin ce sera une vraie multinationale. Mais En marche !, par la jeunesse et l’implication de ses troupes, le style de leadership de son créateur, le pari du risque qu’il a pris et l’ubérisation des concurrents qu’il a provoqués, a emboîté le pas des licornes qu’il glorifie. Pourvu que ce nouveau BlaBlaCar n’ait pas vendu que du bla-bla.

Que peuvent alors attendre de lui les entreprises ? La France s’est enfin dotée d’un Président proche des entreprises, même s’il n’y a pas d’intitulé ministériel pour l’industrie, les PME ou le commerce extérieur. Mais elles sont au cœur de son programme. Et c’est tellement plus important que de savoir s’il est de gauche ou de droite ! Le gouvernement ne compte en son sein aucune Cécile Duflot (la plus mauvaise ministre du Logement que la France ait portée), mais beaucoup de professionnels. À l’inverse, si Macron fait appliquer les mesures de son programme – la flat tax pour les revenus du capital, le décalage ou la disparition du prélèvement à la source, la stabilité fiscale, et la simplification du code du travail –, les entreprises auront de bonnes raisons de retrouver leur optimisme.

Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Usine Nouvelle

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS