Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Edito] Le made in France est de retour : la preuve par cinq

Publié le

Made in France L'éditorial de Christine Kerdellant, directrice de la rédaction.

[Edito] Le made in France est de retour : la preuve par cinq © DR

Après deux décennies déprimantes, le déclin de l’industrie semble enrayé. Le manque de compétences ou les retards de livraison reviennent plus souvent dans les conversations que les fermetures de sites ! Pour autant, tous les problèmes de compétitivité français ne sont pas résolus, et tout créneau industriel n’est pas promis à un avenir radieux dans l’Hexagone. Comme l’explique Hubert Kirchner, associé chez June Partners, cinq modèles économiques industriels sont aujourd’hui viables, en France comme en Allemagne.

1 - Les marchandises non transportables

Le goudron ne pouvant parcourir plus de 100 kilomètres avant d’être utilisé, il est préparé sur place. Les réservoirs d’essence des voitures (à cause de leur rapport poids – volume) ou le traitement de surface des pièces métalliques (les coûts de transport engloutiraient l’économie réalisée) rentrent aussi dans ce cadre du "non délocalisable".

2 - Les produits de luxe ou de haute créativité

Pour les carrés Hermès comme pour les sacs Vuitton, le prix de vente est tellement déconnecté du prix de production que fabriquer ailleurs, avec le risque de non-qualité que cela engendrerait, serait dommageable pour la marque. Le même raisonnement vaut pour les modèles innovants du groupe SEB : les derniers-nés de la gamme, à forte valeur ajoutée, sont produits en France. On trouve aussi dans cette catégorie tout ce qui par essence ne peut être élaboré ailleurs, à l’image des grands crus de Romanée-Conti ou de Corton-Charlemagne…

3 - Les fabrications "à savoir-faire exceptionnel "

Certains biens ne peuvent être conçus que par des opérateurs qui ont dix ans de métier : ainsi, Samar, à Saint-Pourcain-sur-Sioule dans l’Allier, produit des vis en frappe à froid pour l’automobile, le ferroviaire ou l’aéronautique ; ses 6 millions de chiffre d’affaires sont "non délocalisables" grâce à ce savoir-faire rare. Même chose pour Devillé et ses sécateurs de la marque Pradines, fabriqués à Baugé-en-Anjou, dans le Maine-et-Loire : ils disparaîtraient en six mois si on les délocalisait en Roumanie…

4 - Les services rapides ou à valeur ajoutée

La découpe laser, par exemple, n’exige pas un savoir-faire exceptionnel, mais elle ne peut être réalisée trop loin quand le client commande le soir pour le lendemain. La capacité à répondre rapidement fait là toute la différence.

5 - Les productions robotisées et connectées

Nous l’avons souvent noté ici, les grands principes du manufacturing deviennent caducs. La montée des salaires en Chine rend l’Asie moins intéressante pour une délocalisation, compte tenu des coûts de transport et de non-qualité. Par ailleurs, la recherche de l’effet de taille – ces économies d’échelle qui abaissent le coût des grandes séries – n’est plus de mise à l’heure de la personnalisation des produits, quand le numérique permet une souplesse inédite assortie d’une économie substantielle sur les coûts de production. Les cuisines Schmidt, en Alsace, en offrent le meilleur exemple. Grâce aux robots, aux cobots et à la connectivité, il est désormais possible de produire à prix compétitif au plus près des consommateurs.

Certes, tout ce qui a été délocalisé ne sera pas relocalisé. Mais beaucoup de petites unités de production pourraient aujourd’hui voir le jour ou revenir sur notre territoire. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus