Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Edito] La voiture électrique est d'abord politique

Christine Kerdellant - Directrice de la rédaction , ,

Publié le , mis à jour le

Vidéo Les subventions participent à l'essor du véhicule électique. L'édito vidéo de Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Usine Nouvelle. 

[Edito] La voiture électrique est d'abord politique © DR

En Norvège, les voitures électriques ont le droit de rouler dans les voies de bus. Imaginez l’aubaine ! Pour elles, les parkings sont gratuits et les ferries aussi. Pratique, non ? Mieux encore, leurs propriétaires ne paient ni taxes ni TVA, alors que les véhicules thermiques, eux, sont pénalisés : ils coûtent, au final, 50 % plus cher que chez nous. Et les conducteurs électriques peuvent bénéficier, s’ils se lèvent tôt, de bornes de recharge gratuites dans le centre-ville d’Oslo. Au point qu’au pays des fjords, une voiture électrique sur six est une Tesla Model S. Elle vaut là-bas 63 000?euros, soit 30 % moins cher qu’en France, sans comparaison avec la Mercedes Classe S ou l’Audi A8. La Zoe de Renault y fait aussi un tabac : le 100 000e véhicule électrique vendu par la marque au losange a été acheté par un père de famille d’Oslo. Ce pays de 5?millions d’habitants est le premier marché d’Europe pour l’électrique : il en pèse le tiers, avec 27 000 immatriculations en 2015 !

On le savait, mais l’exemple norvégien le montre au-delà de l’imaginable : l’essor de la voiture électrique est une décision politique. En nombre de voitures vendues, la France arrive seconde (4e en termes de part de marché), car nous sommes aussi un pays qui subventionne les véhicules électriques. Les aides en tous genres diminuent quasiment de 10 000?euros le prix d’une Zoe. Nous sommes cependant loin de la Norvège (un véhicule vendu sur 200, contre un sur sept) : sans doute aurait-il fallu leur donner la gratuité du parking et le droit de rouler sur les voies de bus pour qu’à Paris, l’électrique explose au même rythme !

Si Bolloré a démocratisé l’électrique avec les Autolib’, et si Tesla a changé les règles du jeu en montrant qu’une belle voiture sportive pouvait être électrique, Volkswagen aura fait autant qu’eux… involontairement : le Dieselgate a jeté les consommateurs dans les bras de l’électrique, en même temps qu’il a mis en doute tous les chiffres de la filière. De même que les essais des Google car sans conducteur, en Californie et dans le Nevada, ont obligé les constructeurs à sortir des cartons tout ce qu’ils préparaient en matière de voiture autonome, de même l’affaire Volkswagen a-t-elle provoqué un dégoût de l’opinion publique pour le diesel et l’accélération brutale de cette envie de véhicules propres.

Certes, à supposer que les politiques pratiquent une politique volontariste, le marché ne deviendra pas tout électrique du jour au lendemain. Il ne le deviendra d’ailleurs jamais totalement, car il sera toujours compliqué pour certains automobilistes de recharger leurs batteries. Mais le mouvement est enfin lancé : le prix des batteries a diminué de 35 % l’an passé, selon Bloomberg, et l’augmentation de la production les fera baisser plus encore. Résultat, en 2040, 35 % des véhicules vendus devraient être électriques. La baisse du coût des batteries profitera à d’autres secteurs et favorisera la production d’électricité issue de sources intermittentes, comme le solaire, en permettant son stockage à bon marché… ce qui contribuera à réduire l’émission de gaz à effets de serre. Un cercle vertueux… sauf si l’abandon du pétrole fait plonger les pays producteurs dans le chaos, provoquant une nouvelle crise mondiale. Pas de doute, l’électrique est bien politique. 

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

29/09/2016 - 11h09 -

A l'inverse de ce que dit jean-luk, je pense que le stockage électrique n'est qu'au début d'un nouveau savoir faire et qu'il permettra à terme d'augmenter l'autonomie sans avoir besoin de construire plus de lignes. Celles ci n'étant que le résultat de la politique de l'atome,très centralisée. Alors que les renouvelables avec le stockage de masse, ouvrent des possibilités d'autonomie énergétique généralisée. Pour ce qui concerne le chaos dans les pays producteurs qui sera vraisemblablement provoqué par la faim, ces pays peuvent encore changer les choses en orientant leur politique vers l’accès à l'eau, qui leur permettraient d'obtenir l'autonomie agricole donc vivrière.
Répondre au commentaire
Nom profil

28/09/2016 - 23h27 -

L'arrivée massive de VE ayant une autonomie de plus de 300 km à partir de l'année prochaine risque de précipiter ce mouvement. Cette étape est importante car elle correspond à ce qu'attendent un certain nombre d'automobiliste pour basculer vers le VE. Dans les années 20, il y a de fortes chances pour que les 20 dépassent l'autonomie d'un plein de gasoil, la recharge se fera par induction et le lithium sera progressivement remplacé par des technologies plus propre, moins cher et plus performante. En 2040, nous surement bien au-dela de 35 %. Les VE seront moins chers, le pétrole sera devenu une denrée trop rare pour rester au prix actuel. Les véhicules thermiques seront interdits dans de nombreuses villes voir certains pays comme l'Allemagne où le projet d'interdiction de vente des véhicules thermiques envisage 2030. En 2040, nous ne pourrons conduire des VT que sur des circuits pour sentir les vibrations, revivre les passages de vitesse et sentir les gaz avec nostalgie !
Répondre au commentaire
Nom profil

12/10/2017 - 11h33 -

35 ans en gestion de production industrielle me font sourire quand je lis ce que vous écrivez, et vous confondez arrivé massive de VE avec ACHAT (payé) massif de VE !! Nous verrons si Renault arrive déjà à écouler en occasion les 100.000 ZOE obsolètes qui a sur les bras. La France n'est pas un pays a dominante pavillonnaire et dans ma tour de 12 étages il est loin de pouvoir installer des bornes...vous rêvez ! Pour l'instant même pour charger mon iphone par induction ce n'est pas évident et dans les voitures ou est le standard ? Ou sont les industriels qui font çà, que je m'installe demain matin çà dans mon parking! Admettons que dans les grandes capitales du monde entier que la situation que vous décrivez soit plausible...du calme, les vastes territoire dans les campagnes du monde entier et le sous-développement auront raison de vous!
Répondre au commentaire
Nom profil

28/09/2016 - 00h36 -

Cette technologie peut-elle être généralisée ? Combien de centrales et de lignes électriques supplémentaires pour l'alimenter ? Disposons-nous d'assez de réserve de lithium ? La voiture électrique à accumulation ne peut pas devenir « la » solution de l'avenir, déplacer de lourdes batteries qui s'additionnent au poids des véhicules toujours plus lourds n'est pas satisfaisant. Et si, comme c'est souhaitable, le poids des voitures se réduit, la surcharge deviendra encore moins acceptable. L'alternative pointer son nez, l'hydrogène, ou un fluide similaire produit à proximité des sources d'énergie, quelles qu'elles soient, parait bien plus efficace : on transportait de l'énergie plutôt qu'un conteneur à énergie, de grandes masses d'énergie pourraient être transporté sur de grande distance et, s'il s'agit d'hydrogène, celui-ci peut être employé soit pour produire de l'électricité, soit dans des moteurs thermiques.
Répondre au commentaire
Nom profil

27/09/2016 - 20h56 -

Article très clair qui synthétise bien ce qui va se passer dans le futur proche. Les retombées industrielles seront nombreuses, par contre, je pense qu'il aurait fallu un peu insister sur les efforts de formation et de gestion des compétences à mettre en oeuvre.
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle