Des muscles artificiels s'envolent vers l'espace à bord du Dragon de SpaceX

La prochaine mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale, dont le lancement est prévu lundi 13 avril depuis Cap Canaveral (Floride), embarque un matériau innovant : un muscle artificiel, qui se contracte ou se détend sous l’action d’une impulsion électrique. Le but est de tester son comportement dans l’espace, en vue de l’utiliser pour les robots embarqués dans de futures missions, vers Mars notamment.

Partager
Des muscles artificiels s'envolent vers l'espace à bord du Dragon de SpaceX

Le lundi 13 avril une capsule spatiale Dragon de SpaceX, lancé par une fusée Falcon 9 (de SpaceX toujours), doit décoller de Cap Canaveral pour une mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS). Pour sa sixième mission de ravitaillement de l’ISS, Dragon apporte près de deux tonnes de matériel. Dont un petit paquet soigneusement préparé, étiqueté "Synthetic Muscle".

Pas de quoi revigorer les six astronautes qui habitent la station (deux Américains, trois Russes, et un Européen), mais l’occasion d’une expérience originale : tester le comportement dans l’espace d’un matériau qui se contracte et se détend comme un muscle, sous l’action d’une impulsion électrique. L'objectif final étant de l’utiliser dans de futurs robots affectés à des missions spatiales de longue durée, notamment vers Mars.

Le muscle en question est un polymère électroactif, mis au point par la société Ras Labs, qui l’a d’abord développé pour des applications médicales : rendre des prothèses de membres plus efficaces ou plus confortables. Mais dans l’espace, les conditions sont plutôt rudes. Le muscle artificiel doit prouver qu’il peut s’accommoder de très basses températures, et subir des radiations pendant de longue durée sans que cela affecte ses propriétés.

Ras Labs a préparé sa mission spatiale avec un laboratoire de Princeton (Princeton Plasma Physics laboratory, PPPL) : pour que le polymère adhère parfaitement à ses électrodes métalliques, un traitement par plasma modifie la surface du métal. Le PPPL a aussi participé à des tests de radiations – sur Terre - consistant à soumettre des échantillons de matériaux à des radiations intenses, l’équivalent de la dose reçue pendant un voyage aller-retour vers Mars.

Mais c’est dans l’ISS que les choses sérieuses vont commencer. Les astronautes sont chargés de photographier régulièrement les muscles artificiels pendant 90 jours, avant de les réexpédier pour comparaison avec des matériaux restés sur Terre.

Thierry Lucas

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Assurance Qualité Matériaux et Procédés Spéciaux

Safran - 19/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS