Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Des français dans le peloton de tête des brevets en aéronautique, cancérologie et cosmétique

, , , ,

Publié le

Où en est la France en matière de dépôt de brevets ? Le paysage décrit par Thomson Reuters à partir de l’analyse de sa base de données de brevets montre trois domaines où la France conserve son rang mondial en matière d’innovation et d’autres où elle a carrément perdu pied. 

Des français dans le peloton de tête des brevets en aéronautique, cancérologie et cosmétique

Les entreprises citées

En 2014, les entreprises et instituts de recherche français ont déposé, selon Thomson Reuters 11 595 brevets contre 6 619 pour les Britanniques et 56 492 pour les Allemands. La part de l’industrie dans les économies nationales de ces différents pays explique en partie ce décalage, mais pas seulement. Au-delà des chiffres bruts, il est intéressant de se pencher sur les performances des différents secteurs. Si la France n’est clairement pas à la pointe des déposants dans certains domaines, elle tire mieux son épingle du jeu dans d’autres.

Les acteurs de l'automobile dépassés

La mauvaise nouvelle vient de l’automobile car bien que PSA émarge régulièrement au rang de premier déposant de brevets en France, cela ne lui suffit pas pour entrer dans le top 5 des innovateurs globaux. Ce secteur est largement dominé par les allemands, japonais et coréens. En considérant non plus le monde mais l’Europe, aucun de nos constructeurs ou équipementiers ne figure non plus dans le top 5 qui aligne dans l’ordre : Siemens, Daimler, Volkswagen, Shaeffler group et Audi. Par ailleurs dans les technologies de l’information, seul Alcatel-Lucent surnage en Europe, pour la dernière année avant son rachat par Nokia, sans émarger dans le top 5 mondial dominé en 2014 une fois encore par Samsung suivi d’IBM, Canon, State grid corp of China et Ricoh.

Trois Secteurs Français qui inventent  

La France peut en revanche se consoler dans trois secteurs. Le premier est l’aéronautique et la défense où Airbus avec 544 brevets déposés en 2014 est aussi actif que Boeing avec 560 brevets. Sur les quatre dernières années Thales et le CNES ont aussi été très actifs, les deux rejoignant le top 5 européen. Tandis que du côté des publications scientifiques, le CNRS est aussi remarqué sur la période 2014-2014 comme un acteur important aux côté de l’université du Michigan ou du Goddard Space flight Center de la Nasa.

Le second domaine d’excellence est la cancérologie grâce à trois acteurs français qui dominent le classement européen sur la période 2010-2014 : Sanofi-Aventis, l’Inserm et le CNRS. Enfin en cosmétique, le français L’Oréal s’avère le champion mondial  toute catégorie avec 482 brevets déposés en 2014, loin devant ses concurrents, le japonais KAO (240 brevets),  l’américain Procter & Gamble et l’Allemand Henkel.  Dernier motif de satisfaction pour la France : le champ des semi-conducteurs où le CEA tient son rang en étant classé parmi les 5 premiers émetteurs de brevets en Europe sur les quatre dernières années. Reste que le nombre de brevets déposés ne restitue pas forcément la réalité de l’innovation des entreprises : Apple n’est pas dans le top 5 mondial en matière de mobile, ni Google dans le secteur des technologies de l’information.

Anne-Sophie Bellaiche

 

 

 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle