Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Des astronautes en immersion pour un nouvel outil de secours spatial

,

Publié le

Images Pour tester e dernier prototype de secours des astronautes en exploration sur la Lune, le LESA, des membres de la mission NEEMO 23 de la NASA se sont entraînés... dans le bassin du Centre des astronautes européens (EAC) à Cologne.

Des astronautes en immersion pour un nouvel outil de secours spatial
Test du LESA, dernier prototype de secours des astronautes en exploration sur la lune.
© ESA/NASA-H.Stevenin

Le LESA, dernier prototype de secours des astronautes en exploration sur la Lune, a été testé la semaine dernière par des membres de la mission NEEMO 23. Ce système d’évacuation lunaire, à l’allure de trépied, a été conçu pour être utilisé par un seul astronaute en gravité lunaire qui devrait secourir un équipier immobilisé.

La Comex (Compagnie maritime d’expertises) basée à Marseille et l’Agence spatiale européenne (l'ESA) ont signé au mois de mai 2019 un contrat pour la mise en marche d’opérations de plongée, essentielles à l’entrainement des astronautes, au sein du bassin d’entrainement du Centre des astronautes européens (EAC) à Cologne. Ce programme montre les similitudes entre un environnement sous-marin, boueux rocheux et sableux, et la surface de la Lune.

En utilisant la piscine profonde de 10 mètres du centre de l’ESA pour tester des équipements, les astronautes peuvent continuer un projet qui a vu le jour lors de la mission NEEMO 22 en 2017.

Un programme qui sauve des vies

L’ESA a développé un programme unique au monde, permettant de simuler la gravité lunaire en effectuant des immersions, dans le but de tester des prototypes et des outils. Ils seront destinés aux sorties extra véhiculaires des astronautes en mission sur la Lune.

"En reconnaissant l’importance de donner aux astronautes la capacité de secourir un membre de leur équipe, durant une exploration lunaire, nous avons commencé à travailler sur de potentiels concepts il y a quatre ans au centre d’astronautes ESA" explique Hervé Stevenin, à la tête d’une unité d’entrainement aux sorties extra véhiculaires au centre des astronautes européen (EAC). Il fut donc essentiel d’identifier les principales actions que les astronautes auraient besoin d’effectuer lors d’activités extra véhiculaires.

Mais les tenues développées par EVA (Extra Vehicular Activities) sont volumineuses, et restreignent les mouvements des astronautes, c’est pourquoi il était "vital de comprendre leur composition et leur aspect pour pouvoir développer le programme LESA".

Le but de ce système est de pouvoir garantir des secours aux personnes portant les tenues EVA, afin d'assurer leur prise en charge, rapide et sécurisée. En effet, le poids de ces équipements empêche les astronautes de pouvoir porter un collègue sur leurs épaules si l’un d’eux est tombé, par exemple.

"LESA peut être porté comme un sac de golf et placé à côté de l’astronaute au sol, lui permettant un mécanisme de surélévation ainsi qu’une civière facile à manœuvrer. Une fois que le secouriste a utilisé le programme pour soulever son équipier et l’a attaché au brancard, il lui ajoute des roues et peut le transporter en lieu sûr," affirme Hervé Stevenin.

Un programme à l’avenir prometteur

Deux membres de la mission NEEMO 23 qui dure neuf jours, respectivement astronautes de l’ESA et de la NASA, Samantha Christoforetti et Jessica Watkins, évalueront dans les prochains jours la dernière version de LESA durant des "sorties spatiales" en immersion dans l’océan Atlantique. Tout en portant des gants et des tenues EVA, elles prendront en considération les contraintes de l’équipement en même temps qu’elles testeront le programme prometteur.

Sur les bases de la mission "Apollo 11 sous l’océan" qui s’est déroulée sur les rives de Marseille en 2013, elles testeront le programme LESA au sein du simulateur de combinaison spatiale du Comex.

Le poids de la tenue sous l’eau équivaut au poids d’un astronaute qui porterait un équipement EVA sur la lune.

Alors que l’ESA cherche à collaborer avec la NASA sur des futures missions sur la Lune, leurs retours sur cette expérience seront déterminants au développement du LESA, et permettra de potentielles coopérations entre les deux organismes.

Marie Bulard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle