Economie

Derrière le Covid-19, une épidémie de mauvais payeurs menace les entreprises françaises

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le médiateur des entreprises alerte sur une forte augmentation des incidents de paiement en avril. Selon le service du ministère de l'Économie, certaines entreprises profitent de la crise du Covid-19 pour faire pression sur leurs fournisseurs. Cette recrudescence de mauvaises pratiques pourrait menacer la reprise.

Derrière le Covid-19, une épidémie de mauvais payeurs menace les entreprises françaises
Les sollicitations du médiateur du crédit ont été multipliées par 10 durant la crise du Covid-19.
© Dave Dugdale - Flickr CC

Rappel à l’ordre du médiateur des entreprises. Ce service, rattaché au ministère de l’Économie, a lancé une alerte mercredi 6 mai sur l’apparition de nouvelles pratiques anormales pendant la crise du Covid-19. Liés de près ou de loin à la pandémie, ces comportements menacent en tout cas la trésorerie de certaines sociétés.

600 sollicitations par semaine

En temps normal, le médiateur des entreprises reçoit environ 60 sollicitations par semaine sur des différends entre entreprises ou avec une administration. Avec le Covid-19, le nombre est passé à... 600 ! Un volume considérable pour les 30 agents de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) qui traitent ces dossiers en régions. Une quarantaine de médiateurs bénévoles sont venus en renfort. Ils sont anciens chefs d’entreprises, juges au tribunal de commerce retraités ou ex-cadres dirigeants. 

Les entreprises concernées invoquent souvent la crise sanitaire et la désorganisation liée au confinement et au télétravail. “Ce sont des excuses qui peuvent tenir une semaine mais pas plus. Si vous arrivez à faire produire votre entreprise, vous devez être capable de payer les factures. Ce n’est pas plus compliqué”, juge le médiateur des entreprises, Pierre Pelouzet, interrogé par L’Usine Nouvelle. “Il peut y avoir des entreprises qui ont d’autres difficultés ou qui sont en attente d’un prêt garanti par l’État. Évidemment, nous pouvons les aider”, nuance-t-il.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte