Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Deepomatic met la vision artificielle au service des industriels

, , ,

Publié le

Deepomatic met la vision artificielle au service des industriels © DR.

Les entreprises citées

De la mode aux problèmes concrets d’industriels. Le parcours de Deepomatic illustre le virage actuel de l’intelligence artificielle (IA). À l’origine, il y a la rencontre de deux docteurs en informatique spécialistes de la vision par ordinateur, Aloïs Brunel et Vincent Delaitre, avec un ingénieur des Ponts et Chaussées, Augustin Marty. À eux la techno, à lui le rôle du PDG, Deepomatic naît en juillet 2014. Son objectif ? "Le Graal ! Créer le shazam de la mode !", résume Augustin Marty. Soit une IA capable d’identifier un vêtement ou accessoire, prélude à une publicité, un achat, une analyse de tendances… Mais après deux ans, le constat s’impose : "Nous n’avons pas réussi : à la fois du côté technique, très exigeant pour ce type d’images, et du côté business, même si on a tout essayé." En septembre 2016, Deepomatic arrive au bout des 1,2 million d’euros levés un an plus tôt auprès d’Alven Capital. "Nous nous sommes alors dit que notre vrai produit, c’était les outils que nous avions développés et que nous pourrions les mettre à disposition des industriels. Leurs problèmes sont plus simples du point de vue technique et le retour sur investissement est rapide."

Dont acte. La start-up pivote et… engrange les contrats avec "1,6 million d’euros signés en douze mois" auprès de, entre autres, Valeo, Airbus, Oscaro, Compass Group. "Contrôle qualité, inventaire, facturation, maintenance… C’est incroyable de voir toutes les applications de la vision par ordinateur", se félicite le PDG. Et son approche business illustre la maturité qu’on peut aujourd’hui attendre de l’IA : sa plate-forme d’outils est mise à disposition de l’industriel pour qu’il puisse, avec Deepomatic, développer une IA adaptée à ses problèmes et à ses données. Passée à 18 salariés, la start-up structure aujourd’hui ses process pour se préparer à une levée de fonds.

 

L’innovation

Une plate-forme d’outils qui "permet de faire de la vision artificielle avancée de façon très simple" que la start-up met à disposition de l’industriel pour qu’il développe, épaulé par les experts de Deepomatic, sa propre intelligence artificielle, adaptée à ses problèmes et à ses données.

L’opportunité

L’industrie représente un formidable marché potentiel pour la vision par ordinateur mise au service de l’automatisation et de l’amélioration des process.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle