Economie

[Déconfinement, jour 17] Sombres perspectives pour les embauches et le PIB français, mais un plan de relance européen

Rémi Amalvy , ,

Publié le

Les augmentations de salaires et les embauches sont à oublier en ce moment, le nombre de salariés en chômage continue d'augmenter et le PIB du pays dégringole. Mais la France peut compter sur son premier fabricant d'écouvillons, indispensables aux prélèvements pour les tests virologiques du Covid-19.

[Déconfinement, jour 17] Sombres perspectives pour les embauches et le PIB français, mais un plan de relance européen
Les groupes pétroliers l'assurent, ils ont bien compris l'ampleur de la crise actuelle.
© Pixabay

[La tendance] Les augmentations de salaires et les embauches au point mort

On s'en doutait, la crise du Covid-19 n'allait pas être bénéfique pour l'emploi. Avec la chute de leurs activités, les entreprises ne peuvent plus se permettre d'augmenter les salaires et d'embaucher. Pire, les suppressions de postes pourraient se faire plus fréquentes. Ces craintes peuvent désormais être confirmées par une étude réalisée par le cabinet en conseil RH Willis Towers Watson auprès d'un panel de DRH, à consulter ici.

 

[L'entreprise en vue] En un mois, le groupe Lemoine est devenu le seul fabricant français d'écouvillons

Genre de petits cotons tiges spéciaux, les écouvillons sont des éléments médicaux indispensables aux prélèvements pour les tests virologiques du Covid-19. Si avant la crise, la France n'en produisait aucun, cette époque appartient désormais au passé. Depuis le 25 mars, le groupe Lemoine, spécialisé dans les produits d'hygiène et de soin à base de coton, a ouvert une ligne de production dédiée à ce type de dispositifs. Il est désormais capable d'en fabriquer 1 million par semaines. Tous les détails sont à lire dans notre article.

 

[Le secteur à suivre] La lettre ouverte des géants du pétrole

Poussées de part et d'autre au verdissement de leurs activités, les sociétés pétrolières membres de l'OGCI ont, par le biais de leurs patrons, signé une nouvelle lettre ouverte écolo-friendly. Qu'y est-il donc dit ? Les signataires disent avoir entendu les inquiétudes et promettent de "faire leur part", sans pour autant prendre de nouveaux engagements. Pour en savoir un peu plus, c'est par ici.

 

[La déclaration] Le PIB français devrait baisser de 20 % sur le deuxième trimestre 2020, prédit l'Insee

Après deux mois au ralenti, le PIB français devrait chuter de 20 %, annonce l'Insee ce 27 mai. Il pourrait s'agir de la plus forte récession trimestrielle enregistrée depuis la création des comptes nationaux en 1948. L’organisme national de statistiques estime également que l'activité française sur l’année se rétractera de plus de 8 %, un scénario pire que ce que prévoyait le gouvernement. Tous les détails concernant l'activité de l'industrie sont à lire dans notre article.

 

[Chômage partiel] Combien de salariés concernés au 26 mai ?

Du 20 au 26 mai, le nombre de salariés concernés par le chômage partiel s'est établi à 12 900 000, soit 200 000 de plus que la semaine précédente, selon les nouveaux chiffres du ministère du Travail. Cela représente désormais 1 040 000 entreprises et 5,6 milliards d'heures chômées demandées, soit en moyenne 431 heures par salarié.

Géographiquement, l'Île-de-France et l'Auvergne-Rhône-Alpes restent les régions les plus concernées, avec respectivement 24,9 % et 12,5 % des dossiers déposés, des effectifs concernés et des heures chômées demandées depuis le 1er mars.

Les jeunes seraient également les plus touchés par cette nouvelle crise de l'emploi. Selon une étude mondiale de l'Organisation internationale du travail, plus d'un jeune sur six a cessé de travailler depuis le début de la pandémie, et ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur temps de travail diminuer de 23 %.

 

[La vidéo] Le discours d'introduction au plan de relance de la présidente de la commission européenne

Les pays membres de l'Union Européenne doivent "mettre de côté les vieux préjugés" pour soutenir le nouveau plan d'aide, a réclamé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ce 27 mai, en annonçant la mise en place d'un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour soutenir l'économie du Vieux Continent. La vidéo de l'événement (en anglais) est à voir ci-dessous.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte