Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Débutants, les entreprises s’intéressent enfin à vous (si vous êtes diplômés)

Cécile Maillard , , ,

Publié le

Les entreprises exigent de moins en moins une année d’expérience professionnelle pour embaucher des jeunes diplômés, révèle une enquête de l’Apec. Sur fond de reprise économique et de pénurie des compétences, ils sont en position de force.

Débutants, les entreprises s’intéressent enfin à vous (si vous êtes diplômés)
Les entreprises exigent de moins en moins une année d’expérience professionnelle pour embaucher des jeunes diplômés.
© Pixabay

Les jeunes diplômés bac+5 n’ont jamais vraiment connu de difficultés pour s’insérer sur le marché du travail mais ceux qui ont terminé leurs études en 2016 sont particulièrement vernis... Non seulement ils sont plus nombreux que ceux de la promotion précédente à être en emploi douze mois après l’obtention de leur diplôme (83% au lieu de 81%) mais leur emploi est nettement plus souvent qu’auparavant en CDI (à 62% au lieu de 55%) et sous statut cadre (à 59% au lieu de 53%) selon le baromètre Jeunes diplômés de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec). Une amélioration de leurs conditions d’emploi qui s’accompagne d’une augmentation de salaire, passé de 28000 euros annuels bruts (salaire médian) pour la promotion 2015 à 30000 euros.

"Les entreprises sont confrontées à une évolution des compétences et les jeunes possèdent justement les compétences dont elles ont besoin", commente le directeur général de l’Apec, Jean-Marie Marx. "Pour 2018, les entreprises prévoient une augmentation de 10% de leurs recrutements de jeunes diplômés sans expérience alors qu’habituellement elles recherchent des profils possédant au moins un an d’expérience." Selon lui, "les situations de tension sur le marché de l’emploi profitent aux jeunes". Des tensions que l’Apec mesure par le nombre de candidatures reçues par offre : tout âges confondus, il a baissé de 45 à 35, voire à 10 candidatures par offre dans l’informatique.

En période de tensions, les entreprises fidélisent

D’autres signaux confirment cette tendance des entreprises à embaucher des débutants : la part des recrutements effectués dans la foulée d’un stage ou d’une période en alternance augmente de 5 points (de 11 à 16%). "On observe un changement de pratique des entreprisesé", commente Jean-Marie Marx. "Dans un marché qui se tend, elles testent avant de recruter. Cette pratique de fidélisation se ressent dans la forte progression des CDI." Rappelons que si les jeunes diplômés bénéficient à 62% d’un CDI à l’embauche, dans la population générale les CDI ne représentent que 15% des recrutements. Autrement dit, quand une entreprise a trouvé un profil qui lui convient, elle fait tout pour le garder.

Les jeunes diplômés, sollicités, choyés, peuvent se montrer exigeants. Du coup, quand ils prennent un boulot, ils en sont contents. Pour les trois quarts d’entre eux, cet emploi correspond à la discipline de leur formation (79%, + 2 points), à leur niveau de qualification (74%) et à leurs aspirations personnelles (74%). Attention : il reste tout de même un quart des jeunes diplômés à avoir pris un boulot "alimentaire", en attendant de trouver ce qui correspondra à leur formation et à leurs attentes.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle