Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

De moins en moins de femmes s'inscrivent dans les formations scientifiques et techniques

Marine Protais , , , ,

Publié le

Elles étaient 28 % en licence, master ou doctorat scientifiques en 2010. 25 % en 2015. La proportion de femmes baisse aussi dans le secondaire, constate l’étude Gender Scan, publié jeudi 28 septembre par le cabinet Global Contact. 

De moins en moins de femmes s'inscrivent dans les formations scientifiques et techniques © EPF Montpellier

Les filles fuient les filières high tech en France. C’est du moins ce que montre la dernière étude Gender Scan, du cabinet Global Contact. Dans l’enseignement supérieur, elles étaient 28 % en licence, master ou doctorat scientifiques en 2010, 25 % en 2015.
"Ce qui est plus inquiétant encore, c’est que cette chute se constate aussi dans le secondaire, c’est-à-dire chez les nouvelles générations", analyse Claudine Schmudt, directrice de Global Contact. Elles étaient 25 % en premières technologiques en 2010, contre 18 % en 2015. Leur proportion en terminales sciences de l’ingénieur a stagné à 13 %.

Pour l’auteure de l’enquête, "cette chute s’explique par la montée en puissance des stéréotypes sexistes, alimentée notamment par les réseaux sociaux qui favorisent les comportements conformistes." Elle prend pour exemple le billet d’un ingénieriste de Google, relayé cet été sur les réseaux sociaux, démontrant par A + B, que si les femmes étaient moins présentes dans la tech c’était à cause de leur "disposition biologique".

Trois fois plus de filles dans les filières d'informatique au Moyen Orient

Comparée aux autres pays, la part des femmes dans les filières tech en France semble encore plus faible. "En 2013, on comptait 47 % de filles dans les filières d'informatique de l'enseignement supérieur au Moyen-Orient, 48 % en Asie du Sud Est, contre seulement 16 % en France", expose Claudine Schmuck.

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargé de l’Egalité entre les hommes et les femmes, présente lors de la remise de l’étude, estime qu’il y a "un travail très important à faire sur l’orientation". La ministre estime que l’on pourrait notamment lever certains freins en promouvant des rôles modèles du numérique. "Nous souhaiterions donner plus de visibilité à des personnalités comme Ada Lovelace (qui a inventé le premier langage informatique, Ndlr). Pourquoi pas, par exemple, créer un prix Ada Lovelace."

Argument, s'il en fallait un, pour pour justifier l'importance de la représentation des femmes dans les formations techniques : l’étude Gender Scan montre que la mixité est bénéfique pour la performance des équipes high tech. Les salariés interrogés se sentiraient plus épanouis et engagés dans les équipes mixtes. 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/10/2017 - 10h15 -

La faute au Sexisme ! il a bon dos le Sexisme ! De manière générale, il apparait plus simple et surtout confortable de faire de la Com, de l'événementiel, de la Politique, du Commerce... ou tout chose qui permet de dire quelque chose d'invérififiable et dont on peut dire le contraire dès demain. En Technique un seul juge de paix : ça marche ça marche pas ! Vous pouvez expliquer au piston qu'il ne doit pas gripper, si le jeu n'est pas correct, AUCUN Powerpoint ne résoudra le Problème
Répondre au commentaire
Nom profil

16/11/2017 - 14h23 -

Evidemment, il ne s'agit pas là d'un propos sexiste... Bati pauperes spiritu
Répondre au commentaire

Les thèmes de L'Usine Campus


 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus